Une décision immorale

Monsieur Mike Murphy, je voudrais vous informer de ma plus grande indignation quant à votre façon totalement cavalière et méprisante de traiter la population du Nouveau-Brunswick. La muselière judiciaire avec laquelle vous empêchez les gens de contester vos décisions dans le dossier de la santé est ignoble. J’appréhende l’avenir que vous nous réservez. Évidemment, quand on est riche avocat ou gestionnaire d’une grosse compagnie, j’imagine que c’est bien moins inquiétant de se projeter dans un Nouveau-Brunswick où des soins de santé seront livrés, selon le
fameux adage, qui dit que tout a un prix et que tout peut s’acheter. Mais quand on n’est que simple citoyen, démuni ou vulnérable,  c’est autre chose que de voir s’effriter un système de soins de santé où les valeurs de justice, d’équité et de compassion sont à risque d’être remplacées par des signes de dollars.

Les changements que vous voulez imposer envers et contre tous sont inacceptables. C’est immoral de faire de la santé une denrée à vendre au plus offrant au nom du profit. Il me semble que ce qui est bon pour le sud d’une province l’est aussi pour le nord et que ce qui est avantageux pour un espace anglophone l’est aussi pour l’espace francophone. M. Murphy, quelle est l’urgence? Pourquoi nous refuser le droit de questionner et de discuter? Vos projets sont-ils déjà à ce point coulés dans le béton?
J’ai beaucoup de difficulté à m’imaginer citoyenne d’une province où les principes démocratiques sont ainsi bafoués par ceux mêmes qui ont promis de les honorer en acceptant de servir la population qui les a élus. Le processus démocratique est basé sur le principe d’une personne, un vote. Dommage que je ne puisse exercer ce droit de vote dès aujourd’hui!
Afficher le document au complet