Trop tard pour renouveler!

J’ai été déçu en lisant l’article de M. Volpé dans l’Acadie Nouvelle du 3 décembre. J’espérais en vain que des changements majeurs soient apportés au système de santé afin d’éviter son effondrement éventuel causé par l’augmentation insoutenable de ses coûts.

Tout au long de l’article, M. Volpé commente la situation dans laquelle se trouve le Nouveau-Brunswick comparativement à la moyenne nationale, sans tenir compte des défis auxquels notre province fait face: territoire majoritairement rural, dualité linguistique, endettement le plus élevé par habitant au pays. Comparer notre situation à celle de nos voisins de l’Ouest est complètement insensé.

L’article nous parle de renouvellement alors qu’on devrait complètement réinventer notre système de santé! Nous devons créer un système basé sur les besoins des citoyens et des citoyennes, où tous les intervenants en santé (infirmières praticiennes, adjoints et adjointes aux médecins, pharmaciens et pharmaciennes, ambulanciers, massothérapeutes, etc.) ont un rôle primordial à jouer. Un système qui mise sur les avantages considérables que peuvent offrir les technologies de communications modernes. Un système qui investit dans la prévention pour maintenir une population en santé. Voilà la meilleure ordonnance que l’on puisse se donner.

Je suis en accord avec M. Volpé quand il affirme qu’il faut changer la culture populaire actuelle qui laisse croire que plus on injecte d’argent en santé, plus les soins sont de qualité. Cependant, je crois qu’il est trop tard pour renouveler notre système de santé simplement en gérant l’augmentation des coûts comme le propose le PDG du Réseau de santé Vitalité. Si la population désire garder un système de santé public gratuit pour tous, nous avons besoin non pas d’un renouvellement, mais bien d’innovation. Nous avons besoin de faire les choses différemment.

Afficher le texte au complet