Articles

Shediac: une église transformée en clinique dentaire

SHEDIAC – Une église de Shediac qui risquait d’être démolie reçoit un deuxième souffle grâce à trois dentistes de Dieppe. 

Il y a un an, le dentiste Jeoff LeBlanc et ses partenaires, Kevin LeBlanc et Joseph Savoie, étaient à la recherche d’un endroit pour prendre de l’expansion et ouvrir une nouvelle clinique. Un jour, en conduisant devant l’ancienne église baptiste à Shediac, Jeoff LeBlanc s’est demandé: «pourquoi pas là?»

Après une visite de l’édifice, qui a été déclaré lieu historique local en 2005, les trois hommes ont constaté qu’il avait beaucoup de potentiel pour devenir un bureau.

«Ce n’était qu’une coquille vide, on pouvait mettre les divisions qu’on voulait, explique Jeoff LeBlanc. De plus, c’était plus facile à cause de la plomberie. Il nous fallait un sous-sol pour pouvoir le faire vers le bas, sinon ça aurait été très compliqué.»

Au cours des mois suivants, les trois dentistes ont transformé l’édifice construit en 1909. Jeoff LeBlanc admet que le projet leur a réservé plusieurs surprises.

«Au début, on ne pensait pas que ça allait être compliqué, a-t-il affirmé. Mais là, tu commences à ouvrir des murs et tu découvres que c’est pourri, puis le plancher est tout croche et il faut l’aplanir. De plus, la toiture était complètement renfoncée d’un bout où il fallait la refaire. On a fini par tout refaire, de A à Z.»

La clinique ouverte depuis juin, les dentistes ont reçu des réactions positives du public face à leur projet. Les gens sont heureux que le bâtiment historique ait été conservé.

«On a donné une renaissance à un immeuble historique de Shediac. Avec les plafonds cathédrales, c’est fantastique. C’est rare que tu puisses trouver quelque chose avec tant de charme. J’encouragerais absolument les autres à le faire (rénover une église).»

En 2005, le site a été désigné comme lieu historique local par la Ville de Shediac et le gouvernement. En 2010, la communauté baptiste de Shediac a ouvert une nouvelle église, au 28 promenade Roy Mollins.

Sur le site Internet du ministère du Mieux-être, de la Culture et du Sport du Nouveau-Brunswick, on peut lire à propos du bâtiment historique que «malgré la simplicité et l’austérité de sa forme, cette église se veut une élégante inspiration du gothique charpentier avec sa construction de bois, son clocher pyramidal, ses fenêtres à arcs en ogive et son toit à pente accentuée».

L’idée de donner de nouvelles fonctions à d’anciennes églises a déjà été réalisé au Nouveau-Brunswick. Deux autres exemples dans le Sud-Est sont l’Église historique de Grand-Barachois et la Moncton High School.

D’autres édifices religieux de la région, comme la cathédrale de Moncton et l’église de Rexton, nécessitent des projets de rénovations majeures. – JMD

Afficher le reportage au complet

Nouveau-Brunswick – La ministre et un dentiste discutent de l’importance de la santé buccodentaire avec des élèves

La ministre du Développement social, Madeleine Dubé, et le Dr René Morin, dentiste de la région, ont rendu visite aux élèves et au personnel du Carrefour de la Jeunesse, à Edmundston, pour promouvoir de bonnes habitudes en matière d’hygiène buccale à l’occasion du Mois de la santé buccodentaire.

« Avoir des dents saines est une partie très importante de la santé globale et du développement d’un enfant, a déclaré Mme Dubé. Cependant, pour les enfants de familles à faible revenu, être capable d’aller chez le dentiste pour un examen régulier peut être un défi. Grâce au régime de soins dentaires et de la vue du gouvernement provincial, plus d’enfants obtiennent la couverture dont ils ont besoin et qu’ils méritent. »

Le programme De beaux sourires et une bonne vision a été mis en vigueur en septembre 2012 et est offert aux enfants de familles à faible revenu âgés de 18 ans et moins admissibles. Il couvre les services de base comme les examens habituels, les radiographies et l’extraction de dents, y compris certains traitements préventifs, jusqu’à un coût maximal de 1000 dollars par année.

« Il est important de préserver sa santé buccodentaire à toutes les étapes de la vie, en particulier à un jeune âge, a affirmé le Dr Morin. L’établissement de bonnes habitudes tôt dans la vie et des visites régulières chez le dentiste aident les enfants à conserver des dents et des gencives saines pendant toute leur vie. »

Jusqu’à maintenant, 15 588 enfants néo-brunswickois ont accès au programme De beaux sourires et une bonne vision. Ce nombre inclut 1121 enfants de familles à faible revenu qui se sont inscrites au programme lorsqu’il a été mis en œuvre.

Les formulaires de demande sont disponibles dans les centres de Service Nouveau-Brunswick et les bureaux régionaux du ministère du Développement social. De plus amples renseignements sur le programme et sur la façon de s’y inscrire sont disponibles en ligne.

Afficher le document au complet

LE PERÇAGE ORAL N’EST PAS RECOMMANDÉ PAR LES DENTISTES

Afficher le texte au complet

Fredericton – La recherche a démontré que les conséquences du perçage oral peuvent être très graves et parfois même mettre la vie en danger.
« Certaines personnes voient le perçage de la langue, des lèvres ou des joues comme un moyen  attrayant ou unique d’exprimer leur individualité, mais le perçage oral comporte également certains  risques pour la santé qui peuvent parfois être très graves, » a souligné le Dr Donald Dempsey, président  de la Société dentaire du Nouveau-Brunswick.
Les dentistes recommandent aux personnes qui songent au perçage oral de soupeser les risques et de  bien se renseigner sur les dangers éventuels. Le risque le plus évident est l’infection ou les maladies transmissibles par le sang comme le virus de l’herpès simplex ou l’hépatite B, C, D et G, ou encore le VIH.
La bouche renferme des millions de bactéries qui peuvent infecter l’endroit où le perçage a été effectué et être véhiculées partout dans le corps par le sang. D’autres bactéries peuvent être transmises par la  manipulation du bijou inséré. Ces infections peuvent causer l’endocardite, une inflammation grave des  valves ou des tissus du cœur.
Il y a aussi risque de lésion des nerfs et de saignement prolongé lorsque des vaisseaux sanguins sont  perforés. Dans certains cas, la langue enfle au point d’obstruer les voies respiratoires. Par ailleurs, le bijou peut écailler, fêler ou ébranler les dents, ou encore endommager les obturations et  les couronnes. Le contact entre le bijou et les gencives peut causer des blessures pouvant entraîner la récession gingivale, la maladie des gencives et même la perte de dents. Le bijou peut aussi empêcher de bien mastiquer, d’avaler et de parler clairement en raison de la production excessive de salive. Si le bijou se desserre, la personne risque sérieusement de s’étouffer; s’il est avalé ou aspiré, il faut parfois une intervention chirurgicale pour le retirer du tube digestif ou des poumons.
Certaines personnes font une réaction allergique aux métaux utilisés dans les bijoux. Le choc  anaphylactique est une réaction grave qui nécessite des soins médicaux immédiats. Le Dr Dempsey recommande aux personnes ayant un perçage oral qui notent au moins un des signes
avertisseurs, tels qu’écoulement, tissu cicatrisé ou épaissi, douleur ou rougeur croissante, saignement ou fièvre, de prendre contact sans tarder avec un professionnel de la santé.
La Société dentaire du Nouveau-Brunswick ne conseille pas le perçage oral et recommande fortement aux personnes qui ont un perçage de le faire enlever.

Avril est le Mois de la santé dentaire, et la Société dentaire du Nouveau-Brunswick y participe grâce à une campagne de sensibilisation du public offrant de l’information importante sur la santé buccodentaire. La Société dentaire du Nouveau-Brunswick vise à promouvoir la croissance professionnelle, des normes éthiques élevées et des soins de qualité par la communication, la sensibilisation et la réglementation de
l’art dentaire au Nouveau-Brunswick.