Tout article traitant des dons d’organe

Articles

Le programme de dons d’organes reprend ses activités

13 juillet 2012

FREDERICTON (GNB) – Le programme de dons d’organes du Nouveau-Brunswick est à nouveau conforme aux lignes directrices nationales et a repris ses activités.

« Le jeudi 12 juillet, vers 17 h, Santé Canada a informé le ministère qu’il était à nouveau conforme aux lignes directrices, mais que nous devions améliorer nos pratiques en matière de documentation », a affirmé la ministre de la Santé, Madeleine Dubé. « Notre ministère est résolu à mettre en œuvre un processus d’assurance de la qualité et il prévoit atteindre son objectif de mettre ce processus en place d’ici l’automne. Nous sommes particulièrement heureux de ne pas avoir refusé un don d’organe pendant la semaine d’interruption du service. »

La semaine dernière, les inspecteurs de Santé Canada ont cerné plusieurs problèmes dans la manière dont le programme recueille et gère la documentation, y compris un cas où un renseignement crucial n’a pas été obtenu au sujet d’un donneur qui avait eu un tatouage. C’est ce cas précis qui a entraîné la notation de non-conformité de la province et la décision du Nouveau-Brunswick de suspendre temporairement son programme.

Santé Canada a organisé une téléconférence nationale avec ses inspecteurs et ses conseillers scientifiques le jeudi 12 juillet en après-midi. Au cours de la téléconférence, le rapport d’inspection du Nouveau-Brunswick a été examiné, et l’on a jugé que la province continuait à fonctionner en respectant les lignes directrices même si des renseignements au sujet du tatouage n’ont pas été recueillis.

Santé Canada a également révisé le travail accompli depuis le lundi 9 juillet dans le but de régler les lacunes cernées. Il est également satisfait de la promesse du Nouveau-Brunswick d’améliorer ses pratiques en matière de documentation et de mettre en œuvre un processus d’assurance de la qualité d’ici l’automne.

Plusieurs questions doivent être posées au sujet des antécédents d’un donneur avec un tatouage en raison des risques potentiels pour la santé qui pourraient découler de la procédure de tatouage.

« Un processus exhaustif de dépistage est essentiel pour la sécurité des patients qui subissent une greffe, a déclaré Mme Dubé. Les receveurs et leurs médecins doivent obtenir toute l’information au sujet des antécédents du donneur afin qu’ils puissent prendre une décision éclairée d’accepter ou non un organe disponible. Dans le cas qui nous concerne, c’est une chance que les organes donnés étaient sains et que les receveurs n’ont subi aucun effet néfaste pour la santé. »

 

13-07-12

Déclaration concernant la suspension volontaire du Programme de don d’organes du Nouveau-Brunswick

Les médecins du Nouveau-Brunswick ont appris que le Programme de don d’organes du Nouveau-Brunswick a été suspendu pour deux semaines le 11 juillet. Il semble que l’inspection régulière de Santé Canada ait révélé quelques anomalies. Même si cette nouvelle nous déçoit, notre premier souci est la sécurité de nos patients.

La mise en oeuvre de procédures adéquates d’assurance de la qualité est très importante. Nous devons comprendre pourquoi nos procédures ont échoué et nous avons hâte de lire le rapport dans lequel Santé Canada présente ses préoccupations. Les rapports initiaux suggèrent que les problèmes sont centrés sur la documentation inappropriée des donateurs. Cette documentation est très importante, mais une tenue de dossiers médiocre ne devrait pas constituer un problème pour les patients figurant sur la liste d’attente. Le Nouveau-Brunswick peut faire mieux.

Actuellement au Canada atlantique, 260 patients attendent patiemment une greffe d’organe. Ils ne peuvent pas se permettre d’attendre. Nous encourageons chaque Néo-Brunswickois à parler à sa famille et à exprimer clairement ses souhaits en matière de don d’organes.

 

Changements au fonctionnement du programme de dons d’organes

11 juillet 2012

FREDERICTON (GNB) – Le Nouveau-Brunswick a décidé d’interrompre volontairement son programme de dons d’organes jusqu’à concurrence de deux semaines pendant que des changements provisoires sont apportés au fonctionnement de celui-ci.

Vendredi dernier, une inspection de Santé Canada a déterminé que des composantes de ce service ne répondent pas aux critères nationaux. Le ministère de la Santé suspend temporairement le programme jusqu’à ce que des mesures intérimaires puissent être mises en place afin de poursuivre ses activités sur une base exceptionnelle autorisant la distribution d’organes. Cela signifie que les organes provenant du Nouveau-Brunswick seront signalés dans le but d’informer le médecin chargé de la greffe et le receveur que le programme ne satisfait pas aux normes.

« Nous reconnaissons qu’un processus exhaustif de dépistage est essentiel pour la sécurité des patients, et nous prenons les dispositions en vue de mettre en œuvre les procédures nécessaires d’assurance de la qualité pour faire en sorte que le programme respecte les normes nationales dès que possible », a déclaré la ministre de la Santé, Madeleine Dubé.

Santé Canada a cerné plusieurs problèmes quant à la documentation concernant le programme, y compris un cas où un renseignement crucial n’a pas été obtenu au sujet d’un donneur qui avait eu un tatouage. Les donneurs avec des tatouages exigent un dépistage additionnel avant que leurs organes puissent être aiguillés au programme en raison des risques potentiels pour la santé qui pourraient découler de la procédure de tatouage.

Dans ce cas précis, les organes donnés avaient fait l’objet d’un test approprié et ils ont été jugés sains. Les receveurs n’ont subi aucun effet néfaste pour la santé.

Santé Canada inspecte habituellement les programmes de dons d’organes des provinces tous les deux ans.

« Le programme de dons d’organes du Nouveau-Brunswick est administré par un personnel compatissant qui se dévoue à la cause du don d’organes, a affirmé Mme Dubé. Ces personnes sont responsables de sensibiliser leurs collègues et le public à l’importance du programme de dons d’organes, de rencontrer les familles en deuil pour parler du don d’organes et des soins prodigués au donneur. Toutefois, l’assurance de la qualité est essentielle, et des mesures sont prises au sein du ministère dans le but d’améliorer nos processus. »

Le ministère prévoit que les procédures d’assurance de la qualité nécessaires pour répondre aux normes de Santé Canada seront en place d’ici l’automne.

Le programme de donneurs vivants ainsi que le programme de dons de tissus et la banque d’yeux, qui font l’objet d’une inspection et d’un enregistrement distincts, maintiendront leurs activités régulières.

 

11-07-12