Articles

Injustice flagrante

J’aimerais émettre un commentaire concernant l’éditorial de François Gravel daté le jeudi 27 février et intitulé «L’hôpital de tous les francophones».

Vous pensez que les «disputes Nord-Sud sont puériles et contre-productives». Pourtant, vous prétendez que le CHU appartient à tous les francophones. Par contre, Radio-Canada Moncton appartient également à tous les francophones.

Comment expliquez-vous que Radio-Canada Moncton accorde à la Fondation Hôpital Dr-Georges-L.-Dumont un temps d’antenne pour diffuser sa campagne de financement alors qu’il y a huit autres fondations dans le Nord qui ne bénéficient pas de temps d’antenne? Ceci est inéquitable et aberrant envers la population du Nord.

Cela fait bien l’affaire de l’Arbre de l’espoir quand vous dites que nos revendications sont «puériles et contre-productives», mais cela ne règle en rien le problème flagrant d’injustice, qui se voit comme le nez au milieu du visage.

M. Gravel, vous devriez chercher les solutions aux problèmes, plutôt que de nous dénigrer et vous acharner contre nous.

Afficher le texte au complet

L’Arbre de l’espoir brille de tous ses feux

MONCTON – Patients, amis, bénévoles: l’illumination de l’Arbre de l’espoir a encore fait recette. Dynamisé par la présence de grands noms de la chanson, le 25e Radiothon aura lieu vendredi 29 novembre au Collège communautaire de Dieppe.

Depuis 1989, la campagne de l’Arbre de l’espoir a récolté plus de 16 millions $. L’an dernier, l’objectif de 1,4 million, en baisse de 200 000 $ par rapport à 2011, avait cependant été atteint peu avant 20 h. Cette année, avec 1,45 million $, il est légèrement révisé à la hausse.

Un souffle d’optimisme que l’on doit à l’énergie qui émane des communautés. L’énergie, tel est le maître mot de la 25e campagne. Les deux coprésidents de cette édition, Monique Poirier et Luc LeBlanc, l’ont constaté en allant à la rencontre des citoyens impliqués dans cette bonne cause. À tel point que le terme est revenu comme un leitmotiv dans leurs interventions.

«Il y a des bénévoles partout au Nouveau-Brunswick qui donnent tellement d’énergie, c’est incroyable», s’est exclamée Monique Poirier. «Quand on va rencontrer les gens qui ont à coeur l’Arbre de l’espoir, on a vraiment l’impression de retrouver des amis de longue date. Tout le monde met la main à la pâte. L’énergie qui se dégage de tout ça, c’est tellement beau à voir», a renchéri Luc LeBlanc.

Au coeur des communautés, la campagne est beaucoup plus que le radiothon, qui n’en demeure pas moins le point culminant. Celui-ci se déroulera vendredi 29 novembre de 9 h à 19 h et, selon une tradition bien ancrée, il sera animé par des artistes de renom et diffusée sur les ondes d’ICI Radio-Canada Première.

Monique Poirier et Luc LeBlanc ne seront pas dépaysés, en compagnie d’une longue liste d’amis: Jean-Marc Couture, Wilfred Le Bouthillier, Joannie Benoît, Maxime McGraw, Lina Boudreau et Danny Boudreau, pour n’en citer que quelques-uns.

Leurs deux prédécesseurs à la présidence de l’Arbre de l’espoir, la docteure Nicole LeBlanc et Martin Latulippe, ont été appelés à livrer leurs témoignages.

«L’Arbre de l’espoir est comme une grande famille: c’est l’une des plus belles expériences que j’ai vécues», a raconté la Dre LeBlanc, qui a souligné l’excellence du Centre d’oncologie Dr-Léon-Richard.

«Il y a bien des gens qui parlent de la récession économique, mais j’ai toujours dit que le coeur des Acadiens ne sera jamais en récession. Merci encore d’être très généreux comme ça», a lancé M. Latulippe.

Sous la direction de Nadine Hébert, la chorale des Jeunes Chanteurs d’Acadie a livré une douce interprétation de Entre le boeuf et l’âne gris, lorsque soudain l’arbre s’est illuminé. Monique Poirier a alors entonné Mon beau sapin, dans les deux langues officielles.

Maman de jeunes enfants et atteinte d’un cancer, Heather McClean a clôturé la cérémonie en livrant une formidable leçon de courage. Malgré un traitement très lourd, elle garde le moral et le sourire.

«Je ne me suis jamais demandé: pourquoi moi? Je me suis dit: pourquoi pas moi.»

Afficher le texte au complet

Et les gens du Nord?

Selon l’article du jeudi 26 septembre, l’Arbre de l’espoir s’est fixé un objectif de 1,45 million $. Je cite: «Depuis ses débuts il y a 25 ans, la campagne de l’Arbre de l’espoir a recueilli plus de 16 millions $. L’argent a servi à l’acquisition de plusieurs pièces d’équipement, mais également à la construction et l’agrandissement de l’Auberge Mgr-Henri-Cormier.»

Il y a de cela 20 ans qu’on sait que la construction de l’auberge a été payée. Les chiffres avancés pour la rénovation de l’auberge de cette année sont de 30 000 $. On sait que l’Arbre de l’espoir a besoin de 30 000 $ du Nord. Pourquoi nous demande-t-il des millions?

Selon l’article du journal, ils veulent de l’argent pour de l’équipement pour l’hôpital Georges-Dumont. Équipement que le Nord paie, après les gens du Nord doivent se rendre à Moncton pour encore soutenir l’économie du Sud. Les coûts encourus pour l’hôtel, l’essence et les repas, l’Arbre de l’espoir ne paie en rien les gens pour se déplacer à Moncton.

Alors, gens du Nord, la réponse est simple, il faut soutenir nos huit fondations du Nord. Combien de gens du Sud font des dons aux fondations du Nord? Je pense que les gens du Sud ont bien compris que la charité bien ordonnée commence par soi-même.

Afficher le texte au complet