Structure des régies: les réunions seront bilingues

DIEPPE – La présidente-directrice générale de la Régie régionale de la santé A, Andrée Robichaud, assure que les réunions qui auront
lieu bientôt pour décider des structures des deux nouveaux comités médicaux consultatifs seront tenues dans les deux langues
officielles.
La semaine dernière, le président du Comité pour l’égalité en santé, le Dr Hubert Dupuis, a déploré que les rencontres pour définir les
structures de ces deux comités consultatifs réuniront les médecins francophones et anglophones dans une même salle. Il dénonçait aussi
que ces deux rencontres vont avoir lieu à Fredericton et à Saint-Jean, soit dans la Régie B.
« On sait comment ça va fonctionner. Ça va se tenir en anglais, comme d’habitude, critiquait le Dr Dupuis. Ils n’ont même pas eu la
décence de faire une réunion dans la Régie A », ajoutait-il.
La présidente-directrice générale de la Régie A, Andrée Robichaud, affirme qu’elle aurait aimé tenir une des deux rencontres dans une
communauté de la Régie A. Cependant, les courts délais et des problèmes de logistique ont fait en sorte que les deux ateliers auront
lieu à Fredericton et à Saint-Jean, dit-elle.
En ce qui concerne la langue utilisée lors des réunions de médecins, la présidente-directrice générale de la Régie A se fait rassurante.
« Les médecins des deux régies seront séparés en deux groupes, puis en sous-groupes de quatre ou cinq personnes. Dans notre Régie, il
y aura quelques tables où on va jumeler les médecins anglophones de notre région. Lorsque nous aurons un consensus, il y aura une
réunion plénière avec la Régie A et une autre avec les deux régies », explique-t-elle.
Dans toutes les parties du processus, la traduction simultanée sera disponible, avance Mme Robichaud.
L’objectif principal de réunir les médecins des deux régies est de « pouvoir s’inspirer » des modèles de conseils médicaux proposés d’une
part et d’autre. Mais au bout du compte, spécifie Andrée Robichaud, les médecins de chacune des régies décideront du modèle qui leur
convient le mieux.
La semaine dernière, le Dr Hubert Dupuis avouait au journal qu’il ne participera pas aux rencontres organisées par le Bureau de la
transition de la gouvernance parce qu’il est tout simplement contre la réforme Murphy. Questionnée à savoir si elle craint que plusieurs
autres médecins fassent de même, Andrée Robichaud rappelle que c’est leur décision et qu’elle n’y peut pas grand-chose.
« Tout ce que je peux faire est d’assurer aux médecins que nous avons mis en place un processus où ils n’auront pas besoin de parler en
anglais. Que les médecins veulent participer ou pas, moi, j’ai ouvert la porte. Je ne pense pas que je peux faire plus que ça », soutientelle.

2008 05 08 Acadie nouvelle p5 Structure des régies les réunions seront bilingues