Santé: une réunion décevante -Le Comité pour l’égalité en santé dit ne pas avoir été compris

Moncton – Le Comité pour l’égalité en santé est sorti « très déçu » d’une réunion avec plusieurs hauts placés du gouvernement libéral de
Shawn Graham, lundi soir, à Fredericton. En fait, les médecins qui forment ce comité estiment n’avoir pas été compris du tout.
Pour rencontrer les sept médecins du Comité pour l’égalité en santé qui s’étaient rendus dans la capitale provinciale, le gouvernement
Graham a délégué plusieurs de ses gros canons, lundi soir. Outre le ministre de la Santé, Mike Murphy, le chef de Cabinet et la
conseillère spéciale en santé du premier ministre Shawn Graham, Bernard Thériault et Joan Kingston, le sous-ministre des
Communications du N.-B., Maurice Robichaud, les sous-ministres de la Santé et de l’Éducation postsecondaire, de la Formation et du
Travail, Don Ferguson et Nora Kelly, de même que la présidente du conseil d’administration et la directrice générale de la Régie A, Aldéa Landry et Andrée Robichaud, ont assisté à la rencontre.

Le président du Comité, Dr Hubert Dupuis, s’est dit très déçu de l’issue de la réunion, lors d’un entretien avec le journal hier. À son
avis, les nombreux délégués du gouvernement les ont écoutés, mais sont restés sur leurs positions.
« On n’a pas eu l’impression que ces gens-là étaient venus pour entendre nos arguments. Ils étaient surtout là pour contrer nos
arguments. On n’a pas avancé du tout », affirme-t-il.
En ce qui a trait au statut de la Régie A, indique le Dr Dupuis, le ministre Murphy a répété ce qu’il a déjà dit à maintes reprises, soit
que la Loi sur les langues officielles serait respectée.
« Ils nous disent qu’il y aura des amendements de faits (au projet de loi 34), mais on ne sait pas quoi au juste », souligne Hubert Dupuis.
Sur le dossier de la gestion locale des établissements hospitaliers, le Comité a eu la confirmation qu’il n’y aurait pas de président ou de
vice-président dans les hôpitaux.
« Ils nous ont dit qu’il y aurait une gestion locale, mais encore là, nous n’avons aucun détail. Ils nous demandent de leur faire confiance,
et de cette façon tout va bien aller. »
Par ailleurs, le ministre Murphy n’a pas voulu admettre l’inégalité qui existe dans l’offre de services entre les deux régies.
« On est loin d’entreprendre une discussion sur le rattrapage. La Régie A va rester pauvre avec moins de services. Ça confirme notre
théorie qu’au N.-B. il y a deux sortes de patients: des francophones avec moins de services et des anglophones avec tous les services »,
lance le Dr Dupuis.
Selon Dr Hubert Dupuis, le ministre de la Santé a cependant été clair sur un point: plusieurs services non cliniques seront privatisés et il y aurait des pertes d’emplois rattachées à cette décision. Lors de l’annonce de la réforme sur la gouvernance, M. Murphy avait assuré
que les changements se feraient sans perte d’emplois.
En bref… À la suite de la réunion de lundi où les membres du Comité pour l’égalité en santé jugent ne pas avoir été entendus, ces
derniers ont demandé à rencontrer le premier ministre Shawn Graham dans un avenir rapproché.

Afficher le document au complet