Santé: « il y a des cartes cachées »

DIEPPE – Lors de son bien cuit, l’ancien lieutenant-gouverneur, Gilbert Finn, n’a pas pu passer sous silence son
inquiétude face à la réforme de la santé du ministre Murphy. « Je vous dirais que je suis inquiet de voir la situation actuelle. Je suis inquiet parce que je ne sais pas ce qu’on nous présente. Ce qu’on va nous offrir, où on s’en va? », a-t-il commenté. Il y a des cartes cachées actuellement et c’est difficile de se forger une opinion sur ce qui va arriver. »

Il a raconté que pendant 17 ans, à la présidence du Conseil médical de l’Hôpital régional Dr-Georges-L.-Dumont, il a eu à traiter avec six différents ministres de la Santé. Il dit ne retenir aucun mauvais souvenir d’eux, puisque pendant toutes ces années, les cartes ont toujours été sur la table, d’un côté comme de l’autre. Il a ajouté qu’il n’était pas d’accord avec le fait que tous les services non médicaux allaient se retrouver à Saint-Jean. « On en promet tellement pour Saint-Jean (en termes de création d’emplois). Est-ce qu’on n’aurait pas pu penser à la
Péninsule acadienne, au comté du Restigouche, ou au Madawaska? », a lancé M. Finn, avant qu’une pluie
d’applaudissements ne surgisse.

L’un des rôtisseurs, Pierre LeBouthillier, a aussi fait passer son message sur la réforme « Imaginez si M. Finn avait été rémunéré comme M. Murphy le propose », a-t-il dit en faisait référence aux nombreuses heures de réunions et de travail que Gilbert Finn a investies à titre de membre et de président du conseil d’administration de l’Hôpital Georges-L.-Dumont.

Afficher le document au complet