Relations sexuelles anonymes : tendance inquiétante au Nouveau-Brunswick

Relations sexuelles anonymes : tendance inquiétante au Nouveau-Brunswick

La Santé publique au Nouveau-Brunswick lance une mise en garde, car une personne qui vient de recevoir un diagnostic de VIH utilisait un site internet qui facilite des relations sexuelles entre multiples partenaires.

Eilish Cleary, médecin hygiéniste en chef, s’inquiète de la croissance du nombre d’utilisateurs de ces sites qui ont des relations sexuelles non protégées avec plusieurs personnes.

Le cas évoqué pourrait avoir des ramifications. La personne infectée comptait environ deux douzaines de partenaires sexuels vivant dans province et rencontrés dans ce réseau.

La Dre Cleary recommande aux personnes qui ont de telles relations de subir le test de dépistage des infections transmissibles sexuellement.

Les autorités travaillent avec le propriétaire du site Internet en question afin d’identifier les personnes à risque.

La Dre Cleary rappelle qu’il est important d’utiliser un condom lors de relations avec une personne dont on ignore le passé sexuel.

Un intervenant apporte des nuances

La démarche nécessaire pour subir le test de dépistage n’est pas simple, selon Sébastien Bezeau, de l’organisme Rivière de la Fierté.

« Les ressources ne sont pas là. Les personnes ne se sentent pas [à l’aise] d’aller pour un test de dépistage pour se faire stigmatiser encore là. Même demander des condoms gratuitement lorsqu’on va pour un test de dépistage, ce n’est pas n’importe qui qui est capable de faire une telle demande », explique M. Bezeau.

 

Les explications de la journaliste Karine Godin