Régie A: du temps partagé entre Bathurst et Edmundston?

EDMUNDSTON – Des employés-cadres de l’ex-Régie régionale de la santé 4 (Nord-Ouest) ont reçu une offre d’un nouveau poste à raison de trois jours par semaine à Bathurst et deux autres à Edmundston au sein de la nouvelle Régie A, créée par le gouvernement provincial. Comme ailleurs dans la province, hier, des intervenants locaux ont dénoncé cette réforme en santé entreprise par le gouvernement Graham, son projet de loi 34 et l’avis de motion 67 devant être voté à l’Assemblée législative durant la journée (voir texte en page 3).
La présidente de l’ex-Régie régionale de la santé 4, Mona Beaulieu, était la voix des manifestants, hier midi.
Mises à pied, réductions de services et pertes de postes administratifs importants sont les principales inquiétudes face à cette réforme du ministre Mike Murphy. « Actuellement, on nage dans l’inconnu. Nous entendons beaucoup de rumeurs en coulisse et ça crée un climat d’incertitude au sein des employés. Et ça ne semble pas plus clair du côté du gouvernement. Le bras gauche ne sait pas ce que le droit fait », a mentionné Mme Beaulieu, ex-employée du secteur hospitalier et ex-syndicaliste. Le journal a appris que des employés-cadres au sein de l’ex-Régie régionale de la santé 4 ont reçu des offres pour un poste à temps partagé entre Bathurst et Edmundston.
« Ça, ce n’est que la pointe de l’iceberg. Le réaménagement va engendrer la perte de beaucoup de cerveaux dans la région. Il est impensable de diminuer le personnel sans en affecter les services », a ajouté Mme Beaulieu.
Elle cite aussi en exemple la centralisation des services de buanderie à Saint-Jean. Selon elle, ce sont actuellement une vingtaine d’employés qui sont assignés à cette tâche au sein de l’ex-Régie 4.
« Ces gens-là ne seront pas rapatriés à Saint-Jean. Nous croyons que ce remaniement va engendrer plusieurs dizaines de mises à pied au sein de notre organisation », a-t-elle poursuivi.
Mme Beaulieu a précisé que la Coalition pour l’égalité aux soins de santé ainsi que des intervenants régionaux expliqueront les possibles pertes de cette restructuration pour l’ex-Régie régionale 4 lors d’une rencontre publique, le vendredi 2 mai, à l’amphithéâtre Louis-A.-LeBel de l’Université de Moncton, campus d’Edmundston (UMCE).
« On espère que la révolte va atteindre tout le monde. Beaucoup de gens ignorent ce qui se trame et quelles en seront les conséquences.
Nous sommes dans le système et on a de la difficulté à suivre. Mais tôt ou tard, les citoyens ordinaires vont aussi être frappés par cette restructuration », a-t-elle tranché.

Afficher le document au complet