Réclamons notre juste part

À la lecture des différents articles dans notre journal francophone, force est de se rendre compte que le comité du Dr Dupuis est bien seul à houspiller le grand assimilateur. Il est tout à fait évident que nos grandes pointures politiques du
nord du N.-B. se font « petits » dans leurs souliers, il y a beaucoup à perdre pour eux. Peut-on compter sur eux comme « backbenchers »? Il y a une guerre à gagner, Messieurs! Est-ce que maître Doucet sera encore notre seul Lancelot? Et
si cette fois il perdait! Serait-il le seul à porter le blâme?
Les Acadiens qui ont survécu à la Déportation et qui sont revenus ont réussi à conserver leur langue par amour de celle-ci et par un effort d’enracinement sur d’autres terres. Cet acharnement s’est étiolé peu à peu par un souci économique. L’assimilation pernicieuse était déclenchée. Aujourd’hui, très peu de commerces du Nord affichent en français ou même bilingue. Pas étonnant que le Comité pour l’égalité en santé soit seul!

Alors, il faut renverser la vapeur afin de conserver et majorer nos droits. Il est temps de faire front commun et de faire valoir nos droits de façon claire et nette, puisque notre délégation politique a besoin d’une poussée dans le dos. Mettons nos capots et allons réclamer notre juste part d’égalité aux fenêtres de la nation.
Aujourd’hui, rappelons-nous la chanson de Zacharie Richard avec une petite modification: « Réveille! Réveille!
Hommes acadiens! Y’a les goddam qui r’viennent! ».
Afficher le texte au complet