Rebâtir les soins de santé ensemble – Woodstock

Afficher le texte au complet

Woodstock est la dernière ville que nous avons visitée pendant notre série de consultations publiques. Au cours des trois semaines qu’ont duré ces consultations, des centaines de Néo-Brunswickois ont participé à neuf séances publiques pour discuter de la façon de rebâtir les soins de santé dans notre province. Nous avons partagé des moments intenses. J’ai été particulièrement heureuse des suggestions positives qui ont été formulées au cours de ces séances de consultation. Je ne pourrai jamais assez remercier les participants.

Woodstock est une collectivité rurale éloignée des grands centres, dont le système de soins de santé a connu des réformes importantes au cours des dernières années. Les participants ont exprimé différents points de vue au cours des discussions.

Ces dernières ont été similaires à celles que nous avons eues partout dans toute la province. Cependant, aux tables auxquelles j’ai eu l’occasion de m’asseoir, l’accent était mis sur la participation de la collectivité en matière de renouvellement de soins de santé. J’ai été agréablement surprise par le fait qu’à pratiquement toutes les tables, on a mentionné la création de jardins communautaires comme outil d’apprentissage et pour permettre l’accès à une alimentation plus saine. Une table en particulier a fait une excellente suggestion : créer des paires aînés-enfants pour enseigner le jardinage à ces derniers. Ce serait une excellente idée, puisque les personnes âgées, qui disposent d’une vaste expérience du jardinage, pourraient ainsi transmettre leurs connaissances aux jeunes des environs.

De nombreux participants ont rappelé l’existence du programme participACTION, qui motive et encourage ses membres à se lancer dans une activité physique ensemble. Quelqu’un a même dit en plaisantant que les maires présents dans la pièce pourraient lancer des défis sur le thème de la santé aux autres collectivités!

Les participants de Woodstock ont également débattu de sujets abordés lors des autres séances. Nous n’avons pas besoin de plus d’hôpitaux ou d’infrastructures; nous devons mieux utiliser ce dont nous disposons. Pendant les consultations, tous étaient d’accord pour dire qu’il n’est pas nécessaire de dépenser plus, mais qu’il faut améliorer la communication entre les services déjà en place afin que tous les Néo-Brunswickois reçoivent les bons soins, au bon endroit et au bon moment.

La série de consultations publiques est à présent terminée, mais notre travail ne fait que commencer! Le Conseil de la santé rédigera un rapport à partir de l’ensemble des renseignements recueillis lors des séances. C’est sur la base de cette information que nous établirons notre prochain plan provincial de la santé.