Rebâtir les soins de santé ensemble : une rencontre importante

Afficher le texte au complet

Le billet d’aujourd’hui est écrit par Trish Fanjoy, conseillère en politiques au ministère de la Santé.

L’été dernier, l’ancienne ministre de la Santé, Madeleine Dubé, a voyagé dans toute la province pour entendre par elle-même ce que les Néo-Brunswickois avaient à dire sur notre système de soins. Les résumés de chaque séance ont été publiés ici-même, sur ce blogue. J’ai eu l’occasion de participer à plusieurs de ces rencontres, au cours desquelles le ministère de la Santé a reçu beaucoup d’information d’un grand nombre de personnes. Divers groupes d’âge étaient représentés et les participants ont fait part de points de vue variés. Beaucoup de citoyens et d’associations professionnelles ont soumis des mémoires qui ont servi à élaborer notre nouveau plan provincial de la santé. Nous avons écouté et reçu énormément d’éléments d’information. Cependant, le plan provincial de la santé s’adresse à l’ensemble des Néo-Brunswickois et il nous manquait un point de vue : celui des collectivités des Premières nations.

Vous serez peut-être surpris d’apprendre que la santé des Autochtones n’est pas mentionnée dans notre dernier Plan provincial de la santé. Ce sujet n’a été abordé que dans un document de suivi. Les dirigeants du Ministère souhaitaient s’assurer que la même erreur ne serait pas répétée dans le plan provincial suivant. Le Ministère a accompli énormément de progrès au cours des quatre dernières années. Le Plan d’action pour la santé mentale au Nouveau-Brunswick 2011-2018 publié par le gouvernement met l’accent sur l’importance de la santé mentale pour la population et se penche plus précisément sur les questions de santé mentale dans les collectivités autochtones.

L’équipe qui travaillait sur le nouveau plan provincial de la santé souhaitait réellement entendre le point de vue de nos collectivités des Premières nations et de ceux qui y travaillent au quotidien. Les chefs, les directeurs des services de santé et les infirmières qui œuvrent dans les centres de santé communautaires des Premières nations, ainsi que les personnes qui travaillent hors réserve, ont été invités à assister à une séance sur les soins de santé. Mes collègues des différents ministères et du gouvernement fédéral ont également participé à cette initiative, afin que nous puissions tous tirer parti du dialogue. Nous avons même accueilli un groupe d’étudiants et leur professeur de l’Université du Nouveau-Brunswick, qui souhaitaient faire part de leur point de vue! De nombreuses personnes ont participé à l’événement qui, à mon avis, s’est parfaitement déroulé.

Les discussions qui se sont tenues à chaque table ont permis à mes collègues et à moi-même d’obtenir de nombreux renseignements, points de vue et idées pour le plan provincial. Je suis sortie de la séance avec ce message : il est important d’adopter des mesures visant à améliorer les résultats en matière de santé et l’expérience des soins pour les Autochtones vivant au Nouveau-Brunswick. Nous devons mettre en place un processus de changement et d’inclusion afin de régler les disparités en termes de résultats pour la santé et d’expérience des soins pour les Autochtones du Nouveau-Brunswick. La séance a aidé le Ministère à recueillir de l’information et à prendre connaissance d’un point de vue différent sur les services que nous pouvons offrir, ainsi que sur la façon de nous assurer que tous les Néo-Brunswickois ont accès à des soins de qualité, au bon moment et au bon endroit.

Merci à tous les participants d’avoir assisté à cette séance. Les témoignages que vous avez présentés, les valeurs que vous défendez et vos avis aideront à modeler le prochain plan provincial de la santé. Le dialogue ne fait que commencer.