Rebâtir les soins de santé ensemble – Fredericton

Afficher le texte au complet

Beaucoup de jeunes ont assisté à la séance de consultation publique de Fredericton, et je dois dire que cela m’a beaucoup surpris. Le plus jeune participant a même pris le temps de faire la sieste. Il portait toutefois une couche. Je suppose donc que ce n’était pas parce que la discussion l’ennuyait.

Blague à part, plus de la moitié des participants avaient moins de 45 ans, une différence considérable par rapport aux séances précédentes. Le groupe était en outre composé du meilleur mélange de professionnels de la santé, de citoyens et de représentants

Les commentaires étaient tout de même semblables. En général, les participants étaient d’avis que les Néo-Brunswickois doivent changer leurs habitudes et adopter des modes de vie sains. Il a été question de la nécessité d’intégrer d’autres professionnels de la santé, comme les sages-femmes, et ce, le plus rapidement possible. Nous avons discuté de l’importance de la pratique en équipe et du fait que les professionnels exercent leurs fonctions en mettant en pratique l’ensemble des compétences acquises durant leur formation. Une personne a suggéré l’idée d’envoyer à chaque Néo-Brunswickois un relevé annuel des frais pour le système de santé associés aux soins qui lui sont dispensés.

À la fin de la réunion, les gens sont demeurés longtemps sur place afin de discuter entre eux de ce qu’ils avaient appris et d’échanger des idées sur les soins de santé. À mon avis, il s’agissait d’un signe que la réunion avait été fructueuse et inspirante. Certains sont venus me parler. J’ai notamment discuté avec un jeune médecin urgentiste au sujet de son expérience relative aux soins de santé à l’étranger. J’ai rencontré une dame représentant la Société Parkinson. Elle voulait que je sache qu’elle était présente et qu’elle prenait part au dialogue au nom d’un grand nombre de Néo-Brunswickois souffrant de cette maladie.

Enfin, jusqu’à maintenant, personne n’a suggéré qu’il était raisonnable ou possible d’affecter davantage de fonds au système de santé. On semble s’entendre sur le fait qu’il faut procéder à une restructuration interne du système afin de mieux répondre aux besoins en constante évolution des résidents et de maximiser l’utilisation des ressources disponibles. Décider de changer est simple. Déterminer comment procéder ne le sera pas autant.