Rattrapage en santé: des fonds dès le prochain budget

Afficher le reportage au complet

le mardi 5 février, 2013

FREDERICTON – Il y aura de l’argent dans le budget 2013-2014 pour assurer le démarrage du plan de rattrapage en santé annoncé l’automne dernier par le gouvernement.

C’est ce qui ressort de la rencontre qu’ont eue les représentants d’Égalité santé en français, avec le ministre de la Santé Hugh John Flemming, mardi après-midi, à Fredericton.

«Je n’avais pas encore rencontré le Dr Dupuis. Alors nous nous sommes vus et je l’ai simplement rassuré sur ce que j’ai annoncé en Chambre l’automne dernier», a indiqué le ministre.

Le ministre a annoncé, fin novembre, un plan d’action en vue d’assurer la distribution équitable des services de santé, auxquels il compte consacrer 9 millions $ étalés sur cinq ans.

Le ministre a confirmé qu’il y aurait des fonds dans le budget 2013-2014 afin d’entreprendre la mise en œuvre de ce plan.

«Le gouvernement doit passer par un processus budgétaire. Mais les intentions annoncées à l’automne n’ont pas changé d’un iota», a assuré le ministre qui estime que ce plan de rattrapage doit être mis en œuvre.

Le président d’Égalité santé en français, le Dr Hubert Dupuis, est ressorti satisfait de cette première prise de contact avec le ministre auprès de qui il estime avoir trouvé une oreille attentive, même s’il est conscient que 9 millions $ sur cinq ans est loin d’être suffisant pour «arriver à l’égalité».

«Il (le ministre) a dit qu’il allait continuer à regarder ça. Il s’est aussi engagé à nous rencontrer régulièrement sur le plan de rattrapage et devoir ce qui pouvait être fait à ce sujet», a précisé le Dr Dupuis.

Le Dr Dupuis était accompagné par la vice-présidente et le secrétaire d’Égalité santé en français, Louise Blanchard et Jacques Verge.

Rappelons que le président d’Égalité santé en français avait accueilli positivement la déclaration ministérielle prononcée par M. Flemming en novembre.

«Nous avons dit au ministre que sur le cadre et sur les principes c’était bien (le plan de rattrapage). C’est-à-dire que le gouvernement reconnaissait qu’il y avait une inégalité, le gouvernement reconnaissait qu’il devait y avoir un plan pour rattraper et reconnaissait que c’était sa responsabilité de faire le rattrapage», a réitéré le Dr Dupuis.

Le ministre a pour sa part expliqué que si rien ne s’est encore produit dans le cadre de ce plan, c’est justement parce que les fonds ne seront disponibles qu’à partir de l’année financière qui débute le 1er avril.

Les deux parties vont poursuivre le dialogue afin d’arriver à définir ce que veut dire le mot «rattrapage» dans le contexte des soins de santé en français ainsi que sur la façon d’évaluer les progrès qui seront accomplis année après année.