Qu’est-ce qu’un remède contre le diabète représenterait pour vous?

Afficher le texte au complet

Chaque année, partout sur la planète, novembre est le Mois de la sensibilisation au diabète et le 14 novembre est la Journée mondiale du diabète. Il s’agit de la date d’anniversaire de Sir Frederick Banting, le médecin canadien qui a contribué à la découverte de l’insuline au début des années 1920, cette hormone qui a sauvé des millions de vies à l’échelle planétaire.

En ce début du mois de novembre, je pense au Dr Banting et à l’héritage qu’il nous a laissé. Je ne peux qu’imaginer la détermination de ces scientifiques et chercheurs d’antan lorsqu’ils s’efforçaient de réaliser l’une des plus grandes découvertes dans le domaine des soins de santé. En fin de compte, la découverte du remède miracle a échappé au Dr Banting, comme à bien d’autres depuis. Une Flamme de l’espoir a été allumée en 1989 à la Maison Banting à London, en Ontario, en hommage au Dr Frederick Banting et à tous ceux qui ont perdu la vie en raison du diabète. La flamme restera allumée jusqu’à ce qu’on découvre un remède contre le diabète.

Aujourd’hui, plus de trois millions de Canadiens sont atteints de diabète et, parmi ceux-ci, près de 70 000 vivent au Nouveau-Brunswick. Ce nombre comprend les personnes atteintes du diabète de type 1, qui apparaît généralement chez les enfants et les jeunes adultes et nécessite qu’ils s’injectent de l’insuline plusieurs fois par jour pour rester en vie. Le diabète de type 2, qui est la forme la plus courante chez les adultes et qui représente 90 p. 100 des cas, se caractérise par le fait que le corps peut encore produire de l’insuline, mais en quantité insuffisante, ou qu’une personne devient résistante à sa propre insuline. Le diabète gestationnel survient en cours de grossesse et peut accroître les risques pour la santé du nourrisson et de la mère.

Novembre est aussi le mois où se déroule la campagne annuelle de l’Association canadienne du diabète visant à sensibiliser la population à cette maladie. Cette année, l’Association mettra en lumière les défis auxquels sont confrontées les personnes atteintes de diabète et les victoires qu’elles ont remportées. L’objectif de la campagne de 2012 consiste à donner la parole aux personnes atteintes de diabète de toutes les collectivités du pays. Nous souhaitons faire part de témoignages touchants sur le diabète et encourager chacun à :

    • raconter son vécu avec le diabète sur le site Webwww.whatacuremeans2me.com (en anglais seulement);
    • partager la page Facebook « What a Cure Means to Me » avec ses amis, sa famille et sa communauté virtuelle afin de sensibiliser son entourage et d’amasser des fonds pour l’Association (en anglais seulement);
    • promouvoir les activités du Mois de la sensibilisation au diabète dans sa région.

La sensibilisation effectuée et les fonds amassés au cours de la campagne de 2012 serviront à soutenir le travail essentiel réalisé par l’Association canadienne du diabète. Nous pourrons ainsi continuer à lutter contre le diabète en aidant les personnes qui en sont atteintes à vivre sainement tandis que nous essayons de trouver un remède à cette maladie.

Qu’est-ce qu’un remède contre le diabète représenterait pour moi? La meilleure réponse que je peux donner provient de ma fille cadette, âgée de huit ans. Nous avons récemment participé à une course de cinq kilomètres en appui au diabète. Les participants étaient invités à inscrire leurs pensées sur une longue bannière en haut de laquelle étaient inscrits les mots « Que représenterait un remède pour moi ». En pensant à sa mère (ma femme), voici ce que ma fille a écrit :

Je n’aurais pas à m’inquiéter pour ma mère.

 

Jake Reid est actuellement directeur des relations gouvernementales et de la représentation au sein de l’Association canadienne du diabète au Canada atlantique. Jake a longtemps été directeur du Camp Rotary de Grand Lake, au Nouveau-Brunswick, qui tient chaque année un camp de vacances pour les enfants et les jeunes atteints de diabète. Il s’agit du Camp Dia-Best, commandité par l’Association canadienne du diabète. C’est à cet endroit qu’il a entendu parler du diabète pour la première fois et qu’il a rencontré sa future femme, qui faisait partie du personnel à ce moment-là et qui était atteinte de diabète de type 1. Ils vivent tous les deux dans la région de Fredericton avec leurs deux filles, âgées de huit et dix ans.