Publication du rapport sur la santé du cœur

FREDERICTON (GNB) – Le gouvernement provincial, par l’entremise de la Santé publique, a publié le rapport État de la santé publique au Nouveau-Brunswick 2013 : la santé du cœur.

Le document, rendu public avant la Journée mondiale du cœur, le 29 septembre, donne un aperçu des maladies du cœur dans la province et traite d’une approche exhaustive à la santé du cœur.

« Les maladies du cœur représentent une des principales causes de décès au Nouveau-Brunswick et elles sont parmi les problèmes de santé les plus dispendieux pour le système de soins de santé », a affirmé la médecin-hygiéniste en chef, la Dre Eilish Cleary. « La cardiopathie ischémique et l’insuffisance cardiaque sont les affections cardiaques les plus répandues. »

La Dre Cleary a indiqué que la santé du cœur est liée à une gamme de facteurs individuels, sociaux, économiques et environnementaux. Pour améliorer la santé du cœur dans la province, il faut adopter une approche exhaustive qui améliorer les soins cliniques, traite les facteurs de risque et les comportements à risque et soutient l’établissement de milieux favorisant des modes de vie sains. De plus, les mesures prises pour réduire les maladies du cœur peuvent avoir des répercussions positives sur d’autres troubles de santé.

Les maladies du cœur sont en grande partie évitables en agissant sur les principaux facteurs de risque comme le tabagisme, la mauvaise alimentation, l’inactivité physique et l’absence d’une bonne santé mentale.

Voici certaines des principales conclusions du rapport :

●    Environ 2670 Néo-Brunswickois ont reçu un diagnostic de cardiopathie ischémique en 2009-2010. Approximativement 21 800 hommes et 13 400 femmes vivent actuellement avec cette maladie.
●    1740 Néo-Brunswickois ont été hospitalisés pour la première fois en 2009-2010 en raison d’une insuffisance cardiaque.
●    Les taux de nouveaux cas de maladies cardiaques ont diminué progressivement ces 10 dernières années au Nouveau-Brunswick, mais la prévalence a quelque peu augmenté pendant cette même période puisque les gens souffrant de maladies du cœur vivent plus longtemps qu’avant.
●    Compte tenu de la croissance rapide prévue de la proportion de personnes âgées au Nouveau-Brunswick dans les années à venir et de l’augmentation des taux d’obésité et de diabète chez les adultes, on ne sait pas si la tendance à la baisse de nouveaux cas et de mortalité due aux maladies du cœur se poursuivra à l’avenir.
« À ce jour, les efforts ont surtout été déployés à la gestion clinique des maladies du cœur plutôt qu’à leur prévention, a déclaré la Dre Cleary. Si nous voulons faire des progrès significatifs à long terme pour réduire le fardeau des maladies du cœur et réduire les coûts de leur gestion, nous devons passer de préoccupations surtout axées sur le diagnostic et le traitement à des préoccupations axées davantage sur une compréhension et une résolution plus exhaustives des facteurs sous-jacents afin d’agir contre les risques avant que ne surviennent des incidents néfastes. »

Le Bureau du médecin-hygiéniste en chef travaille avec les régies régionales de la santé et d’autres partenaires au Nouveau-Brunswick ainsi qu’avec les organismes de santé de partout au Canada afin d’élaborer des politiques et des programmes en santé publique qui feront la promotion de la santé du cœur et préviendront l’apparition des maladies, notamment en agissant sur les déterminants sous-jacents.

Le travail accompli par la Santé publique en vue de soutenir une population en meilleure santé est une composante importante de Rebâtir les soins de santé ensemble : Plan provincial de la santé 2013-2018, rendu public le 23 septembre.

 

25-09-13

Afficher le document au complet