Un processus de nominations questionnable

 

Afficher le texte au complet

le mercredi 20 février, 2013

Jacques Verge
Dieppe

Les récentes nominations des cochefs du Secrétariat du renouveau du système de santé et coprésidents du conseil en vue de promouvoir l’innovation et les efficiences au sein du système de soins de santé comme directeurs généraux des régies de santé posent problème, à mon humble avis. Le problème se situe à deux niveaux.

D’abord, il faut savoir que toutes ces nominations sont faites par le ministre de la Santé. La nomination comme directeur général est une pure implication de la politique dans la gestion de nos institutions de santé. En effet, la Loi stipule que «Le ministre nomme un directeur général, lequel occupe son poste au gré du ministre et rend compte au conseil de la gestion générale et de la conduite des affaires internes de la Régie régionale de la santé dans le cadre des politiques et des directives du conseil.»

Il faut donc se questionner sur le pouvoir du conseil, qui ne peut même pas choisir son directeur général ou son président puisque les deux sont nommés par le ministre et à son gré.

Il est temps de sortir les nominations politiques de la gestion de notre Réseau de santé. Tous les membres du conseil d’administration devraient être élus par la population et ceux-ci devraient choisir leur président et faire l’embauche de leur directeur général.

La situation actuelle pose aussi le problème de savoir pour qui le directeur général travaille ou envers qui est-il redevable? Le conseil d’administration de la Régie ou le ministre? Il est clair que le directeur général est responsable au ministre.

Il faut que cela change. Accepterions-nous que le maire et le directeur général de la municipalité soient nommés par le ministre des Affaires municipales? Non! Pourquoi devons-nous accepter cela en santé!