QUI SOMMES-NOUS ?

Égalité Santé en français Inc. est une corporation à but non lucratif incorporée en vertu de la Loi sur les compagnies du Nouveau-Brunswick (no de renvoi 639459), dont la mission est de :

  • Obtenir un retour à l’entière et pleine gouvernance acadienne et francophone des services cliniques et non cliniques, de l’enseignement et de la recherche qui relevaient de l’ancienne Régie régionale de la santé Beauséjour avant le 11 mars 2008;
  • Récupérer et obtenir toutes les ressources nécessaires pour dispenser l’ensemble des services de santé en français ;
  • Pouvoir former le personnel de la santé en français dans la communauté francophone et acadienne, avec la collaboration des universités et des collèges, et assurer la mise en œuvre du Centre Hospitalier Dr-G.-L.-Dumont (HGLD);
  • Pouvoir participer et apporter une contribution originale dans la recherche en santé et en sciences de la santé, avec l’appuie des partenaires;
  • Effectuer toute autre action nécessaire afin d’arriver à l’égalité dans les services de santé en français.

POURQUOI LA CRÉATION D’ÉSF ?

La création d’Égalité Santé en français Inc. fait suite à la réorganisation des régies régionales, annoncée le 11 mars 2008 par le ministre de la santé de l’époque, l’honorable Michael Murphy. Cette réforme connue sous le nom de la « réforme Murphy » a abolit toutes les régies régionales de santé existantes pour ne former que deux seules régies, soit la régie régionale de santé A et la régie régionale de santé B.

Malgré le fait que la régie régionale de la santé Beauséjour s’était désignée comme institution francophone le 30 mai 2002, aucune désignation linguistique n’a été prévue dans la « réforme Murphy » pour les régies, le Conseil de la santé du N.-B. ou l’agence des services non cliniques (FacilicorpNB).

Dans une lettre datée du 18 mars 2008 adressée au Premier ministre, l’honorable Shawn Graham, 106 signataires ont réclamé les changements suivants au projet de loi déposé par le Ministre de la santé :

Qu’il soit expressément énoncé dans la loi que la RRS A est une régie de la santé francophone et que, mise à part son obligation d’offrir des services de santé au public dans les deux langues officielles, la langue de fonctionnement de ses hôpitaux, centres de santé ou autres établissements, et tout comme celle de son conseil d’administration ainsi que de la nouvelle Agence des services non cliniques que nous proposons pour les francophones (FacilicorpNB), est la langue française;

Qu’il soit expressément énoncé dans la loi que la RRS B est une régie de la santé anglophone et que, mise à part son obligation d’offrir des services de santé au public dans les deux langues officielles, la langue de fonctionnement de ses hôpitaux, centres de santé ou autres établissements, ainsi que celle de son conseil d’administration ainsi que son agence de services non cliniques, soit la langue anglaise;

Que la loi reconnaisse expressément le rôle particulier de l’Hôpital Dr-G.-L.-Dumont dans la formation universitaire médicale pour la communauté francophone de la province.

De plus, le Conseil des médecins et dentistes de l’Hôpital Dr-G.-L.-Dumont ont rappelé au Premier ministre le sérieux déséquilibre qui existe toujours dans la répartition des services tertiaires ou hautement spécialisés comme les unités pour les brûlés, les soins néonataux, de cathétérisme cardiaque, de centre de chirurgie cardiaque et de neurochirurgie, de Tep (Pet CTSscan), la pédopsychiatrie et la traumatologie qui sont offerts uniquement et souvent en double et en triple dans les hôpitaux anglophones.
Égalité Santé en français Inc. s’est préoccupé et se préoccupe toujours des répercussions majeures qu’a sur la population francophone la mise sur pied de l’Agence des services non cliniques (d’abord FacilicorpNB et ensuite Service Nouveau-Brunswick) établie à Saint-Jean.

À première vue, nous avions l’impression qu’il s’agissait d’une agence par et pour les anglophones, et qui dit institution anglophone, dit assimilation de la communauté francophone. Pour cette raison, nous demandions qu’une deuxième agence de services non cliniques soit créée pour la Régie A et qu’elle soit située de préférence et pour des raisons économiques, dans le Nord du Nouveau-Brunswick.