Politique sur le prix des médicaments génériques annoncée

22 mars 2012

FREDERICTON (GNB) – Une politique sur le prix des médicaments génériques qui réduira les coûts des médicaments pour tous les Néo-Brunswickois a été annoncée, aujourd’hui, par le gouvernement provincial.

« Même si les médicaments génériques coûtent moins cher que les médicaments d’origine, le fait est que les Néo-Brunswickois paient plus pour leurs médicaments génériques que la plupart des résidents des autres provinces », a affirmé la ministre de la Santé, Madeleine Dubé. « Les efforts annoncés, aujourd’hui, permettront de s’assurer que tous les Néo-Brunswickois ont accès à des médicaments plus abordables et qu’ils paieront un prix similaire à celui des résidents des autres provinces pour leurs médicaments génériques. Cette politique permettra également d’assurer la durabilité des programmes de médicaments pour les futurs bénéficiaires. »

La politique s’inscrit dans le cadre d’un effort général visant à freiner la hausse constante du coût des médicaments, qui représente un défi de taille pour le système de soins de santé du Nouveau-Brunswick. La politique fixera un prix maximal admissible pour les médicaments génériques.

Le gouvernement provincial reconnaît que la réduction du prix des médicaments génériques aura un effet sur les revenus des pharmacies. C’est pourquoi il réinvestira une partie des économies réalisées grâce à la réduction du prix des médicaments génériques dans les services pharmaceutiques, de la façon suivante :

●    en investissant environ 4,5 millions de dollars en 2012-2013 pour augmenter les frais d’exécution des ordonnances payés aux pharmaciens et en payant une majoration sur les médicaments génériques pour compenser la diminution de revenus que les pharmacies tirent des rabais des fabricants de médicaments génériques;
●    en investissant 233 000 $ pour mettre en œuvre le programme d’examen des médicaments PharmConsulte NB comme un service assuré par le Plan de médicaments sur ordonnance du Nouveau-Brunswick pour lequel les pharmacies peuvent être remboursées;
●    en investissant 295 000 $ dans l’initiative sur les mesures destinées aux pharmacies rurales. Un montant additionnel de 2 $ sera ajouté aux frais d’exécution des 10 000 premières ordonnances couvertes par le plan provincial de médicaments sur ordonnances exécutées dans des pharmacies situées à 25 kilomètres ou plus de la pharmacie la plus proche; et
●    en investissant 1,2 million de dollars pour compenser les coûts découlant du fait que les pharmacies devront être reliées au Système d’information sur les médicaments/ Programme de surveillance pharmaceutique, ce qui permettra d’améliorer l’usage des ordonnances et de réduire l’abus de médicaments sur ordonnance.

Le gouvernement provincial continuera de dialoguer avec les pharmacies en créant un groupe de travail formé de représentants du ministère de la Santé et de l’Association des pharmaciens du Nouveau-Brunswick. Ce groupe sera chargé de suivre les économies réalisées grâce à la politique et de discuter des possibilités relatives au rôle des pharmaciens dans le système de soins de santé.

Le gouvernement provincial continuera à s’efforcer de réaliser des économies dans le cadre du plan provincial de médicaments sur ordonnance afin d’en assurer la durabilité à long terme.

Le plan comporte un certain nombre de mécanismes visant à limiter les coûts, notamment :

●    un processus d’examen des médicaments fondé sur les preuves afin de s’assurer que les médicaments rentables sont remboursés par le plan;
●    la nécessité d’obtenir une autorisation spéciale pour rembourser certains médicaments coûteux lorsqu’une solution moins coûteuse a été essayée sans succès;
●    des limites annuelles de remboursement de narcotiques et de médicaments contrôlés; et
●    le nouveau Système d’information sur les médicaments / Programme de surveillance pharmaceutique en cours d’élaboration, qui permettra d’améliorer l’usage des ordonnances et de réduire l’abus de médicaments sur ordonnance.

« Tous les intervenants, y compris le gouvernement, les pharmacies, les fabricants de médicaments et les bénéficiaires du plan de médicaments, doivent travailler ensemble pour trouver des solutions à long terme et équitables pour tous afin de contrer la hausse des prix des médicaments, a dit Mme Dubé. Si nous voulons conserver un plan qui aide les Néo-Brunswickois à payer leurs médicaments, celui-ci doit être durable afin de continuer à aider ceux qui en ont besoin pendant encore plusieurs années. »

 

22-03-12