Opposition

Tout comme dans quatre autres villes de la province, Fredericton a été le théâtre d’une manifestation contre la motion 67 qui limite le nombre d’heures de débats sur le projet de loi 34 sur l’heure du dîner, hier.
Des représentants syndicaux de même que des membres du Comité pour l’égalité en santé, dont les communications sont faites par Marie-Linda Lord, soeur de l’ancien premier ministre progressiste-conservateur Bernard Lord, étaient présents à l’événement devant l’Assemblée législative.
La majorité libérale a cependant permis au gouvernement de remporter le vote en Chambre, en fin d’après-midi, au compte de 28 à 21.
Le Comité plénier a maintenant dix heures pour débattre de la réforme et des amendements qui seront déposés par le ministre Murphy.
L’opposition entend aussi présenter des modifications au projet de loi 34.
Le gouvernement Graham ne démontre aucun regret d’imposer un échéancier aux débats sur le projet de loi. M. Murphy, qui est aussi leader parlementaire du gouvernement, a mentionné que 30 des 39 heures de débats en 2e lecture du projet de loi 34 ont été accaparées par la flibuste de Jeannot Volpé. La motion 67 ajoute 15 autres heures de débats au projet de loi sur la réforme de la gouvernance en santé pour un total d’environ 54 heures de débats.
« Le leader de l’opposition a parlé pendant 30 heures. S’il ne peut faire prévaloir son point en 54 heures, c’est qu’il n’en a pas », a lancé Michael Murphy durant la période de questions d’hier, en Chambre.
« J’ai peut-être eu 30 heures, mais les gens du Nouveau-Brunswick n’ont pas eu le temps nécessaire pour apporter leurs amendements. Je ne représente pas mes intérêts, mais bien ceux des gens du Nouveau-Brunswick », a répliqué le leader de l’opposition, qui a tenu à rappeler que les débats sur la Loi sur l’électricité ont duré trois mois lorsqu’il était ministre de l’Énergie

Afficher le texte au complet