Que disent les chiffres du ministère?

Le « Quartely MIS Report of Hospital Services (Preliminary Data) » de l’année 2018-2019 nous donne un portrait quelque peu différent de celui qui nous a été présenté par le directeur général du réseau de santé Vitalité lors de l’annonce de la fermeture de 3 urgences du réseau Vitalité. Les fermetures proposées sont de 22 heures à 8 heures le lendemain.

Selon ces données, plus de 6000 personnes (tableau 1) qui  se sont rendues à une de ces urgences seraient allées dans une autre urgence. Ce nombre correspond uniquement aux statistiques pour la période minuit à 8 heures. Ce chiffre est encore plus grand lorsque nous lui ajoutons la proportion de visites entre 22 heures et minuit (tableau 2).

La direction générale du réseau, Gilles Lanteigne, a affirmé que la moyenne de patients vus à l’urgence de ces hôpitaux était de 5 patients. Or cette moyenne est seulement exacte lorsque nous considérons les cas critiques (tableau 3). Elle est dans certains cas le double lorsque nous tenons compte du nombre total de visites durant la période de 22 heures à 8 heures le lendemain.

Lorsqu’une personne demande d’aller à l’hôpital, elle ne sait pas si elle est un code 1,2, 3, 4 ou 5. Elle sait, ou on constate qu’elle n’est pas bien, et qu’elle doit avoir des soins immédiats. Le triage se fait à l’urgence.

Il est évident que ce plan ne tient pas compte de la réalité quotidienne du personnel hospitalier, du système de transport ambulancier, de notre réalité géographique et rurale et encore moins des besoins de la population.

Plusieurs autres préoccupations et questions de la population n’ont pas été répondues :

  • Les urgences où seraient dirigés les patients la nuit fonctionnent déjà à plein régime. Pourront-elles absorber ce surplus de patients?
  • Qui s’occupera pendant la nuit, des patients admis à l’urgence durant la journée ?
  • Le gouvernement a affirmé que ce n’était pas une question d’argent. Mais pourquoi? Quelles sont les vraies raisons?
  • L’objectif de ce plan semble être de transformer ces hôpitaux en centres de santé communautaires ou en foyers de soins;
  • Quelles sont les prochaines étapes?
  • Les patients se rendront-ils à une urgence plus loin?
  • Leur état de santé permettra-t-il qu’ils ou elles s’y rendent en vie?

Nous avons dans notre province une population rurale qui a droit à des soins et des urgences 24 heures par jour et 7 jours par semaine.  Ce plan a été préparé sans véritable consultation des professionnels de la santé et de la population. Le ministre de la Santé doit exiger le retrait de ce plan qui selon l’annonce « permettra au système de santé de respirer » mais, qui selon nous, mettra des vies en danger.

 

Les données d’Égalité santé étaient incorrectes

Dieppe, le 13 février 2020 — Nous avons publié hier un communiqué et des données prouvant que l’affirmation faite par le directeur général du réseau Vitalité était incorrecte et fausse. Ces données à l’effet que les trois (3) hôpitaux sous Vitalité servaient en moyenne 5 patients par nuit étaient et sont encore exactes. Nous nous excusons auprès de tous et auprès de Gilles Lanteigne pour la diffusion de cette information erronée.

Sans vouloir nous justifier, nous voulons expliquer ce qui s’est passé et a causé cette erreur inexcusable. Comme les réseaux et le ministère ne publient pas ces données, nous les avons obtenues par le biais d’informateurs qui nous ont fourni et confirmé les données pour les quatre trimestres de 2018-2019. Ce n’est qu’en soirée le 12 février, lorsque nous avons reçu la version papier de ces informations que nous avons constaté que les données que nous avions étaient cumulatives. Ce gros détail a échappé à tous et à toutes. Ce n’est pas une justification pour notre erreur mais une explication.

Depuis plusieurs années. Égalité santé réclame plus de transparence du gouvernement et des régies. Si ces données étaient rendues publiques comme elles devraient l’être, nous n’aurions pas commis cette bévue.

Cette mise au point étant faite, il n’en demeure pas moins que la fermeture de ces urgences est inacceptable et met en péril la vie et la santé de nos concitoyens et concitoyennes.