Nominations pour remplacer trois membres élus du Conseil d’administration de Vitalité

Dieppe le 20 juillet 2020 — Égalité Santé met en doute les affirmations du directeur général du réseau de santé Vitalité suite aux nominations de trois (3) nouveaux membres au sein du Conseil d’administration. Gilles Lanteigne affirmait que le réseau avait regardé « les zones où il y avait des manques». Les trois (3) membres démissionnaires provenaient de la région de Bathurst, la Péninsule acadienne et Moncton -Riverview. Les nouveaux membres viennent de Bathurst, Dieppe et Moncton-Riverview. Il est évident que la zone où il y a un manque, c’est la Péninsule Acadienne suite à ces nominations. Est-ce un signe avant-coureur de ce qui s’en vient pour cette région?

Il est encore plus surprenant d’apprendre que les membres élus ont voté pour faire disparaître leurs postes au sein du Conseil d’administration. Que ce vote ait été pris lors d’une rencontre à huis clos dans un ensemble de résolutions adoptées en bloc est une autre preuve de la manipulation du directeur général et de la présidente pour faire voter des résolutions qui vont à l’encontre de la Loi actuelle et du rôle et du mandat des membres élus. C’est également à l’encontre des intérêts de la communauté francophone.

Égalité Santé souhaite aussi un nouveau modèle de gouvernance soit celui où tous les membres du Conseil seront élus par la population. Ce Conseil élu choisirait sa présidence et ferait l’embauche de sa direction générale qui serait son employé. Égalité Santé souhaite aussi un Conseil d’administration transparent qui a de véritables pouvoirs et qui prend ses décisions lors de rencontres publiques et non à huis clos comme ce fut le cas sous le règne de Gilles Lanteigne-Michelyne Paulin.

Trop de gens ont perdu confiance dans le Conseil d’administration et la direction générale actuels et il faut un changement de cap rapide qui commencera avec le départ de la direction générale qui tarde à venir. Le réseau Vitalité n’est pas un club privé. Il est redevable à la population et doit être géré par la communauté francophone.