Mon point de vue sur l’état actuel des soins de santé et ma vision de l’avenir

Mon point de vue sur l’état actuel des soins de santé et ma vision de l’avenir

par Le ministre de la Santé, Hugh J. Flemming à 11 h 54 min

Le présent message est le premier d’une série de quatre du ministre de la Santé. Il y présente son point de vue sur l’état actuel des soins et sa vision de l’avenir du système de santé au Nouveau-Brunswick.

À titre de ministre de la Santé, je suis heureux de commencer à bloguer sur le blogue Un avenir en santé et de vous communiquer ma perspective actuelle et ma vision de l’avenir pour les soins de santé dans la province.

Chaque fois que j’ai la possibilité de m’adresser aux Néo-Brunswickois, j’essaie d’en tirer parti et ce blogue est l’endroit parfait pour être sincère et honnête avec la population du Nouveau-Brunswick en ce qui concerne notre système de soins de santé.

Cela fait environ six mois que je suis le ministre de la Santé. Au cours de cette période, il m’est devenu évident que notre système de santé est menacé et que si nous voulons le rétablir, la participation des citoyens et des professionnels de la santé est nécessaire.

Je suis certain que les lecteurs du blogue savent tous que le système de soins de santé constitue la plus importante dépense de la province et qu’il croît plus rapidement et coûte plus cher que ce que nous pouvons nous permettre. Au cours des dix dernières années, le budget du ministère de la Santé a augmenté de 1 milliard de dollars. Nous dépensons actuellement 6 000 $ la minute sur les soins de santé, c’est exact, 6 000 $ la minute. Cela représente plus de 8,5 millions par jour et plus de 3 milliards par année pour faire fonctionner le système de soins de santé du Nouveau-Brunswick. En dépit d’investissements records dans les soins de santé, qu’est-ce cela nous a donné? Les pires résultats en matière de santé au pays.

La réalité est que nous sommes à la croisée des chemins avec notre système de soins de santé et nous devons prendre des décisions.

Dans le cadre de la consultation au sujet du plan provincial de la santé, les Néo-Brunswickois nous ont répété très clairement qu’ils ne veulent plus dépenser de sommes supplémentaires dans les soins de santé. Ils veulent que nous utilisions l’argent qu’ils nous confient de manière plus efficace.

Nous savons que plusieurs des problèmes que nous avons dans notre système ne sont pas causés par le manque d’argent. Nous avons 3 milliards de dollars à dépenser pour les soins de santé de 750 000 personnes.

Tout administrateur de grande ville dans le monde qui aurait ce budget pour les soins de santé serait fou de joie. Bien sûr, si vous lui disiez par la suite qu’il doit appuyer 22 hôpitaux, sept installations importantes et 20 000 employés avec ce budget, il rirait de vous.

Pour être franc, ce n’est pas l’argent le problème, mais la façon dont nous le dépensons.

Dans mon prochain message, je continuerai de traiter du problème des dépenses de notre province.  Le deuxième message sera affiché sur le blogue plus tard cette semaine. Je me réjouis à l’idée de poursuivre cette importante conversation avec les lecteurs.