M. LeBlanc demande un engagement du ministre de la Santé sur les salles d’urgence

Bertrand LeBlanc, le député pour Rogersville-Kouchibouguac, espère que lorsque le ministre de la Santé Ted Flemming parle de fermer des salles d’urgence au Nouveau-Brunswick, l’hôpital Stella-Maris-de-Kent n’en sera pas une.
« Les gens de ma circonscription s’inquiètent vraiment lorsqu’ils entendent le ministre de la Santé parler de la fermeture de salles
d’urgence, » a noté M. LeBlanc. « Ils veulent des assurances que leur salle d’urgence restera ouverte, alors je demande à notre ministre
régional Claude Williams de l’assurer publiquement. »

Le ministre Flemming a récemment songé ouvertement qu’il pourrait fermer sept salles d’urgence dans la province sans affecter les soins aux patients. Ses déclarations ont été disputées par les professionnels en santé. Des statistiques amassées par le Conseil de la santé du Nouveau-Brunswick indiquent que les Néo-Brunswickois utilisent des salles d’urgence pour des soins primaires plus souvent que des patients d’autres provinces, surtout parce qu’ils ne sont pas capables d’accéder des soins primaires de leurs médecins de familles le jour même ou le lendemain.
« La fermeture de salles d’urgence n’aidera pas à régler ce problème, » a dit M. LeBlanc. « Cela mènera seulement à la surpopulation des salles d’urgence qui restent. Le ministre doit déterminer la cause de l’utilisation des salles d’urgence avant de faire des coupures.
« La salle d’urgence à l’hôpital Stella-Maris-de-Kent sert une vaste région géographique qui est très rurale, » a-t-il ajouté. « Il nous faut cette salle d’urgence dans notre communauté. »

Afficher le document au complet