Les médecins ne négocieront pas sans des garanties écrites

Afficher le document au complet

le vendredi 3 mai, 2013

FREDERICTON – Les médecins de la province exigent des garanties du gouvernement avant de retourner à la table de négociations. Ils étaient 223 réunis vendredi à Fredericton. Ils ont donné un appui unanime au conseil d’administration de leur association médicale et ont ainsi approuvé les décisions qu’il a prises en réponse au plafonnement de l’enveloppe de l’assurance maladie décrétée par le gouvernement.

Le président de l’Association médicale du Nouveau-Brunswick (AMNB), le Dr Robert Desjardins, a précisé ce que les représentants des médecins exigent avant de retourner à la table de négociations.

«Lorsque le gouvernement nous donnera une confirmation écrite que notre entente signée est respectée et que la table à laquelle nous discutons est bien la table de négociations dûment identifiée par la structure législative», a indiqué le Dr Desjardins.

Il y a quelques semaines, le ministre de la Santé a indiqué qu’afin de réaliser des économies, il se voyait contraint de réduire de 20 millions $ et de plafonner l’enveloppe de l’assurance maladie.

Cette enveloppe sert à la rémunération des actes médicaux effectués par les médecins.

Cependant, les médecins n’acceptent pas cette mesure puisqu’elle contrevient selon eux à une entente qu’ils ont déjà signée avec la province.

L’année 2013-2014 est la dernière année d’une entente de six ans où les médecins ont accepté un gel de leur rémunération par le biais de l’assurance maladie pour les deux dernières années.

Devant la position du gouvernement, l’Association médicale a décidé de porter le litige devant les tribunaux.

Vendredi à Fredericton, cette décision a reçu un appui de taille alors que les médecins présents ont donné un vote de confiance unanime à leur conseil d’administration.

«Il y a une motion qui a été mise sur la table et qui a été votée à l’unanimité disant que les membres supportent le Conseil d’administration de l’Association sur les décisions qui ont été prises à ce jour pour défendre l’entente déjà signée», a expliqué le Dr Desjardins.

Ainsi, la poursuite intentée par l’AMNB contre le gouvernement provincial ira de l’avant comme prévu.

Une audience en cour doit d’ailleurs avoir lieu aux alentours du 12 juin.

Le Dr Desjardins s’est par ailleurs montré très satisfait de la teneur des discussions qui ont eu lieu entre les médecins présents vendredi dans la capitale.

«Nous avons eu des discussions sur l’importance pour les médecins de garder leur rôle de défenseurs des besoins des patients», a-t-il ajouté.