Les aînés déçus

La Fédération des citoyen(ne)s aîné(e)s du Nouveau-Brunswick est très déçue.

Les compressions dans les soins de santé ne sont pas acceptables.

Monsieur le premier ministre, David Alward, oui, nous sommes déçus des coupes que vous faites du côté des infirmières et des infirmiers dans nos hôpitaux. Avez-vous pensé à l’impact que les résidants du Nouveau-Brunswick auront à subir?

Ce n’est pas acceptable de faire ces coupes dans nos hôpitaux, et vous occasionnerez des dépenses d’une autre manière: une fois que la personne sera brûlée, il faudra la remplacer, alors on paiera deux fois. Il faut y penser.

Si je suis malade, je n’ai pas choisi de l’être, j’ai donc besoin d’un personnel qualifié pour voir à mes soins. Le médecin seul ne peut accomplir ses tâches convenablement. Le malade a besoin de certains soins à des heures spécifiques, et non deux ou trois heures plus tard.

Allez-vous laisser se détériorer tout le travail qui a été fait en santé dans les dernières années?

Regardez ailleurs pour faire des compressions, et ce, dans tous les ministères. Vous y trouverez des dépenses inutiles et qui feront moins mal à la population du Nouveau-Brunswick.

Voici des exemples… Un petit peu moins d’argent du kilométrage. Arrêtez de payer les repas des employés du gouvernement; si vous êtes chez vous, vous mangez, n’est-ce pas? J’ai travaillé toute ma vie et personne n’a payé mes repas ni mon kilométrage. Encore aujourd’hui, je donne de mon temps bénévolement et je ne demande pas que quelqu’un paie mes repas. Coupez sur les études de ceci et de cela, qui aboutissent fréquemment sur des tablettes. Souvent, c’est dans l’administration qu’il y a des abus. Avez-vous regardé là? Avec la technologie d’aujourd’hui, il me semble que ça peut être moins dispendieux. Mais pas le travail des infirmières et des infirmiers, il n’y a pas de machine pour faire leur travail!

S’il vous plaît, M. le ministre, prenez en considération ces quelques réflexions, et vous pouvez économiser ailleurs.

Afficher le texte au complet