Le plafond de l’Assurance-maladie

Afficher le communiqué au complet

2013 03 26

Le plafonnement des facturations à l’Assurance-maladie du gouvernement Alward

Récemment, le gouvernement Alward a annoncé une réduction de 5 % du budget des services médicaux, ou des facturations à l’Assurance-maladie, soit 18,8 millions de dollars pour le prochain exercice fiscal. De plus, il a annoncé que le budget de l’Assurance-maladie sera plafonné au nouveau niveau inférieur (425 millions de dollars) pendant deux ans.

Qu’est-ce que le plafonnement des facturations à l’Assurance-maladie?

Le plafonnement des facturations à l’Assurance-maladie est en fait une réduction des services médicaux prodigués aux patients. C’est une réduction du nombre de services prodigués au cours d’une année, et ce n’est pas un gel des salaires des médecins. Les médecins font déjà l’objet d’un gel salarial pour la présente année et l’année prochaine, car ils ont accepté cette entente il y a trois ans.

Le budget des services de l’Assurance-maladie a toujours augmenté d’une année à l’autre depuis des décennies, et c’est la même situation dans les autres provinces. En grande partie, cela est attribuable au nombre de services requis par les patients malades.

Pourquoi le budget de l’Assurance-maladie augmente-t-il sans cesse?

Les coûts de l’Assurance-maladie sont directement liés au nombre de services reçus par les patients au Nouveau-Brunswick. Les dépenses de l’Assurance-maladie augmentent chaque année, surtout parce que les Néo-Brunswickois et Néo-Brunswickoises reçoivent plus de services de santé annuellement. Cela signifie que notre population vieillissante et malade consulte le médecin plus souvent et fait l’objet d’un plus grand nombre d’interventions coûteuses rendues possibles grâce à la technologie de pointe. Cela se produit même lorsque les honoraires des médecins n’augmentent pas, comme au cours du dernier exercice financier.

Que signifie une réduction de 18.8 millions de dollars du budget de l’Assurance-maladie?

Une réduction de 18 millions de dollars équivaut à la rémunération des médecins pour les services suivants :

  • 432 000 visites chez le médecin de famille, l’équivalent de trois mois de visites;
  • 99 000 heures de soins à l’urgence, ce qui correspond au fait de disposer de six salles d’urgence sans médecins pour une année; ou
  • Plus de 31 000 accouchements, ou tous les accouchements au N.-B. pendant 8 ans;
  • Plus de 21 000 remplacements totaux de la hanche (arthroplastie totale de la hanche).

Quelles seront les conséquences du plafonnement du budget de l’Assurance-maladie?

Le plafonnement du budget l’Assurance-maladie consiste à imposer une limite sur le nombre de services que les médecins prodiguent aux patients. Cela signifie qu’on offrira aux Néo-Brunswickois et Néo-Brunswickoises moins de services que l’an dernier pour la valeur de 18.8 millions de dollars, et que l’Assurance-maladie ne remboursera pas les services qui dépassent cette limite cette année. De plus, cela signifie que nous ne pouvons pas avoir plus de médecins que l’année dernière. Donc, l’accès pour les patients ne s’améliorera pas, et les nouveaux diplômés des écoles de médecine du N.-B. n’auront pas d’endroit où travailler malgré l’énorme besoin des patients.

Les médecins travailleront-ils même s’ils ne sont pas payés?

De nombreux médecins travailleront sans rémunération à court terme, pour que leurs patients aient accès au service. Cependant, ce n’est pas aussi simple. Les honoraires versés aux médecins les aident à exploiter leur cabinet, et des coûts comme le personnel, le loyer, le chauffage et l’éclairage ne disparaissent pas.

Avons-nous déjà vu un plafonnement? À quoi cela ressemble-t-il?

Le Nouveau-Brunswick a déjà vu un plafonnement. Essentiellement, les médecins reçoivent un avis après chaque trimestre fiscal, qui leur donne les dépenses excédentaires du budget de l’Assurance-maladie. Le gouvernement provincial retient ensuite un pourcentage de la rémunération des médecins correspondant à la quantité de services que nous avons prodigués au-delà du plafond fixé pour le trimestre précédent.

D’autres provinces avaient inventé une expression pour décrire le plafonnement : « faire payer les médecins pour accueillir plus de patients », mais elles l’ont abandonnée il y a longtemps. Cependant, comme le Nouveau-Brunswick est la seule province qui limite le nombre de numéros de facturation, c’est un moyen efficace de contrôler les coûts en offrant moins de services aux patients.

Renseignements sur le plafonnement du budget de l’Assurance-maladie – Cette feuille explique ce que signifie le plafonnement du budget de l’Assurance-maladie pour les patients et les médecins.