Le Conseil d’administration de Vitalité exerce ses pleins pouvoirs

Dieppe, le premier mars 2017 –

Égalité Santé en Français (ÉSF) se réjouit de la décision du Conseil d’administration du réseau Vitalité de réaffirmer son opposition à la privatisation de la gestion des services alimentaires, des services d’environnement et des services de préposés au transport des malades dans les établissements du réseau de santé Vitalité. Le Conseil d’administration a aussi réaffirmé son opposition à la privatisation du programme Extra-Mural.

« Nous avons un Conseil d’administration de Vitalité qui a bien compris qu’il existe pour défendre les intérêts de la communauté acadienne et francophone et surtout qui exerce les pouvoirs qu’il a en vertu de la Loi » affirme Dr Hubert Dupuis, président d’Égalité Santé. Le ministre Victor Boudreau et le sous-ministre, Tom Maston, font de l’ingérence dans la gestion du réseau Vitalité, ajoute Dr Dupuis. Cette ingérence doit cesser.

Le réseau a fait son travail et a démontré chiffres à l’appui que la solution que tentent d’imposer le ministre Boudreau et le sous-ministre Maston, n’est pas la meilleure solution ni économique et encore moins administrative. D’ailleurs, « il faut se demander où est le problème? » se demande le Dr Dupuis.

Le réseau Vitalité n’a jamais affirmé qu’il y avait un problème avec la gestion de ses services hospitaliers. SI le ministre et le sous-ministre ont constaté un problème au niveau de l’autre réseau et que ce réseau est en accord avec la proposition ministérielle qu’ils règlent leur situation d’un mutuel accord mais Vitalité n’en veut pas !

Égalité Santé continuera d’appuyer le réseau de santé Vitalité dans cette lutte pour le respect de ses compétences et de son autonomie. Il est grand temps pour le Premier ministre de faire un remaniement puisque la communauté francophone a perdu confiance dans le ministère de la Santé. Un changement de direction s’impose. La santé doit bénéficier d’un ministre et d’un sous-ministre qui connaissent la réalité de la communauté acadienne et francophone mais, surtout qui reconnaissent les droits inhérents de cette communauté à la pleine et entière gestion et gouvernance de ses institutions de santé, ajoute Dr Dupuis.