L’absence d’un radiologiste inquiète à Caraquet

le mercredi 10 juillet, 2013

CARAQUET – L’absence d’un radiologiste à l’Hôpital de l’Enfant-Jésus de Caraquet inquiète le Comité action H. Le regroupement, qui milite depuis plusieurs années pour la préservation des services de santé à Caraquet, y voit un recul important des acquis.

La Péninsule acadienne compte un radiologiste de moins depuis la retraite du Dr Hermel Légère il y a près d’un an. Le spécialiste desservait les régions de Caraquet et de Lamèque.

Le Comité action H demande au Réseau de santé Vitalité d’embaucher un nouveau spécialiste depuis longtemps et critique la décision du réseau d’avoir élargi le numéro de pratique à l’ensemble de la zone d’Acadie-Bathurst.

Mireille Manuel, du Comité action H, avait pourtant été informée par un membre de la direction de l’hôpital de Caraquet que le numéro de pratique avait déjà été associé exclusivement à Caraquet.

«Ça nous inquiète parce qu’étant donné que le numéro de pratique n’est plus relié à Caraquet, il va avoir un partage de services de radiologie. Le partage va se faire comment? Est-ce que tout va être envoyé à Bathurst et le radiologiste va venir seulement une ou deux fois par mois à Caraquet?», s’interroge Mireille Manuel.

«S’il n’y a plus de radiologiste qui vient à Caraquet, qu’est-ce qui va arriver à l’équipement? Quand on enlève des services, bien c’est comme j’ai mentionné à M. Volpé (directeur général du réseau Vitalité) pendant la réunion, ce n’est pas parce qu’on a eu l’urgence qu’on va commencer à perdre d’autres services. On ne va pas l’accepter».

Le Réseau de santé Vitalité se fait rassurant et malgré l’absence d’un radiologue à Caraquet, une grande partie du travail peut se faire à distance, souligne Stéphane Lagacé, chef des opérations pour la zone Acadie-Bathurst au réseau Vitalité.

«Avec la technologie, en principe, la majorité des examens faits à Caraquet peuvent être lus à distance. Les images sont envoyées électroniquement à des radiologistes de Bathurst. Nos techniciens sont toujours en poste à Caraquet. Ils font l’examen et ils envoient les images. Il y a quand même certains types d’examens qui nécessitent la présence d’un radiologiste, donc quand c’est le cas, les gens se déplacent soit à Bathurst ou à Tracadie.»

Le Réseau de santé Vitalité reconnaît cette lacune et est présentement en phase de recrutement. Il s’agit même d’une priorité. Cependant, la nouvelle recrue ne sera probablement pas en poste à temps plein à Caraquet et sera, vraisemblablement, basée à Bathurst pour des raisons pratiques, mentionne Stéphane Lagacé.

«Surtout avec la radiologie, les gens aiment travailler en équipe et dans des endroits où ils ont accès à l’ensemble de la technologie. C’est plus difficile de recruter en région compte tenu de la disponibilité de tous les appareils de diagnostic. On ne dit pas que ça ne se fait pas, mais c’est assez complexe.»

En attendant, le réseau Vitalité compte faire appel aux services d’un médecin remplaçant dès cet automne.

«On tente de faire du recrutement et on veut rétablir le service. On veut tout de même offrir le service par le biais d’un médecin remplaçant qui peut venir nous prêter main-forte sur une base occasionnelle à Caraquet jusqu’à ce qu’on soit en mesure d’avoir quelqu’un à temps plein à Acadie-Bathurst.»

De son côté, le Comité action H entend maintenir la pression sur le gouvernement provincial.