LA SOCIÉTÉ MÉDICALE DU N.-B. A DES DOUTES

Afficher le reportage au complet

Le président de la Société médicale du Nouveau-Brunswick, le Dr Robert Desjardins, a ses doutes sur la justesse de l’indicateur de l’Institut canadien d’information sur la santé portant sur la rémunération des médecins au pays.

Quoique le nouvel indicateur se veuille plus précis en incluant différentes méthodes de rémunération des médecins pratiquant au Canada, le Dr Desjardins croit toujours que ces données sont erronées.

«Dans ces revenus bruts cliniques (le nouvel indicateur) ne sont pas comptabilisées toutes les autres sources de revenus, entre autres, les salaires universitaires et les fonds de recherche. Nous avons donc de forts doutes que nous sommes mieux payés que nos collègues de la Nouvelle-Écosse. Si c’est le cas, ça pourrait contribuer à diminuer l’exode occasionnel de nos médecins. qui nous quittent pour la province voisine ou l’Ontario», a confié le président de la Société médicale.

Cet exode dont parle le Dr Desjardins, elle existe, mais elle est bien minime. En 2010, le N.-B. a été la seule province à recenser une perte de médecins. Dix médecins avaient quitté la province, une diminution de 0,6 %.

Originaire de Montréal, le Dr Desjardins est arrivé au Nouveau-Brunswick il y a 20 ans. Il pratique depuis et selon ce qu’il observe chez ses collègues, rares sont les récriminations envers le traitement salarial.

Pour plusieurs, il n’y a pas que la rémunération qui est prise en compte, selon le médecin. L’atmosphère de travail, la disponibilité des spécialistes et les avantages sociaux sont des facteurs qui influencent les médecins qui recherchent du boulot. C’est d’ailleurs ce qui a amené le Dr Desjardins vers le Nouveau-Brunswick.

«La qualité de vie, les gens, le type de pratique. Je demeure à Bathurst et j’aime mieux avoir une pratique compatible avec un milieu semi-urbain ou rural», a confié le président de la Société médicale.

Le contexte politique peut également peser dans la balance, selon le Dr Desjardins.

«Il faut regarder à l’ensemble du tableau quand on parle de recrutement. Par exemple, actuellement, le Nouveau-Brunswick a des numéros de pratique qui sont très contingentés par région. Ça ne facilite pas le recrutement de médecins dans les régions qui en ont besoin», a précisé le médecin.

En 2010, un total de 1669 médecins ont été rémunérés par la province. En Nouvelle-Écosse, il y en avait 2294.

 

RÉMUNÉRATION MOYENNE DES MÉDECINS PAR PROVINCE

Alberta: 349 655$
Ontario: 340 020$
Saskatchewan: 324 342$
Manitoba: 304 165$
Colombie-Britannique: 272 796$
Nouveau-Brunswick: 264 299$
Terre-Neuve-et-Labrador: 260 166$
Québec: 253 539$
Nouvelle-Écosse: 250 486$
Île-du-Prince-Édouard: 235 768$
Moyenne canadienne: 307 482$

Source: Base de données nationale sur les médecins par province en 2010-2011