La santé a été épargnée, mais des améliorations demeurent à portée de main

Dieppe, 4 février 2016 – Égalité Santé en Français (ÉSF) se réjouit que le budget provincial ne présente pas de réduction dans le domaine de la santé. La santé profitera d’une hausse de son budget 2016-2017 de quelques 66,7 millions de dollars par rapport à l’année précédente. Selon le président d’ÉSF, Dr Hubert Dupuis, cette légère augmentation permettra le maintien des services de santé au même niveau que l’an dernier.

ÉSF s’accorde avec la proposition du ministre Melanson de réduire le nombre d’organismes, de conseils et de commissions. À cet effet, ÉSF avait proposé dans son mémoire sur la révision stratégique des programmes, l’élimination du Conseil de la santé. Son abolition n’aurait aucun effet sur les soins et les services offerts aux patients. De plus, les régies ont la capacité de faire par elles-mêmes les sondages actuellement menés par ce conseil.

Suivant la même logique, ÉSF est d’avis que le nombre de membres du Conseil d’administration de la régie Vitalité pourrait passer de 15 à 13, 11 ou même 9 individus, à condition que ceux-ci soient élus par suffrage. L’élimination de toute nomination politique et partisane permettrait au gouvernement d’assurer le respect des droits de la communauté francophone, en plus de donner à la régie les moyens pour une saine gestion.

Enfin, ÉSF s’inquiète des répercussions du transfert de plusieurs services gérés par les régies vers le secteur privé, comme l’entretien des équipements informatiques et l’archivage des dossiers médicaux. Une telle approche déshabille encore une fois la communauté francophone de son expertise pour la transférer à des institutions anglophones. Les cas de FacilicorpNB et AmbulanceNB en sont des exemples flagrants. Dr Dupuis précise que la régie Vitalité peut fort bien gérer ce dossier tout en y faisant des économies.