La mise en place d’un réseau provincial de traumatologie se poursuit

21 juillet 2011

FREDERICTON (CNB) – Les travaux visant l’établissement d’un réseau provincial de traumatologie au Nouveau-Brunswick progressent, a annoncé aujourd’hui, la ministre de la Santé, Madeleine Dubé.

« Au cours de la dernière année, d’énormes progrès ont été réalisés en vue de garantir à la population néo-brunswickoise des soins en traumatologie de la meilleure qualité possible », explique madame Dubé.

Selon la ministre, six traumatologues offrent maintenant du soutien et des conseils aux hôpitaux au moyen de la ligne téléphonique d’aiguillage en traumatologie. Depuis sa mise en œuvre, nous avons traité 184 appels et effectué 157 transferts de personnes victimes de traumatisme.

On a préparé des directives concernant le triage des cas de traumatismes sur place. Les travailleurs paramédicaux d’Ambulance Nouveau-Brunswick utilisent celles-ci afin d’assurer le transport des individus gravement blessés directement aux établissements hospitaliers les mieux équipés pour s’occuper de ces cas.

Un registre sur le Web des victimes de traumatisme est en voie de développement à l’hôpital régional de Saint John. Il servira à fournir des données exactes sur le volume de patients ainsi que sur les résultats obtenus à l’échelle de la province.

Un financement est alloué en vue d’ajouter à l’automne 2011 cinq postes d’infirmière en traumatologie (équivalent à temps plein à demi-temps). Les infirmières en traumatologie aident à assurer la coordination des soins en traumatologie dans les établissements désignés. Elles contribuent également à la collecte des données, à l’amélioration de la qualité et aux activités de formation relatives à la traumatologie.

Les postes d’infirmières ont été approuvés pour le Moncton Hospital, le centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont, l’hôpital régional Dr Everett Chalmers, l’hôpital régional d’Edmundston et l’hôpital régional Chaleur.

Nous avons créé des sous-comités provinciaux de prévention des blessures, d’éducation, de recherche, des politiques et des procédures et d’amélioration de la qualité qui se rencontrent régulièrement.

Le programme de traumatologie possède également son propre site Web.

Selon la ministre Dubé, la majorité des composantes susmentionnées du programme ont été citées en référence dans l’examen de la première année de fonctionnement du réseau.

L’examen conclut : « Il est évident pour les fournisseurs de services d’urgence et les examinateurs que l’accès aux soins de traumatologie de haute qualité et en temps opportun a été considérablement amélioré pour la plupart des patients gravement blessés au Nouveau-Brunswick.»

L’examen a aussi cerné les défis relatifs au réseau, y compris la coordination et les préoccupations concernant les effectifs associés à la rotation du centre de traumatologie de niveau 3 dans le nord-est du Nouveau-Brunswick. Il recommande un seul centre de niveau 3 dans le Nord-est situé à Bathurst.

« Mon ministère a retenu les services de Waymark Network Inc. Cette firme sera chargée d’étudier les lacunes du réseau de traumatologie dans le nord-est de la province, d’examiner les répercussions de la mise en place d’un seul centre de traumatologie de niveau 3, de fournir des conseils quant aux moyens de régler ces enjeux ainsi que d’expliquer les répercussions de ces changements, souligne la ministre Dubé. Cette révision sera entreprise dans les jours à venir. »

La révision devrait être terminée à l’automne et les résultats seront présentés au ministère de la Santé aux fins de décision.

LIEN :

●    Programme de traumatologie du Nouveau-Brunswick : www.nbtrauma.ca

 

21-07-11