Gouvernance inclusive et démocratique

La récente décision de l’Association francophone des municipalités du N.-B. de ne pas collaborer à l’implantation de la nouvelle structure des commissions régionales doit être louangée. Il est temps que le gouvernement redonne une certaine crédibilité à la gouvernance locale, que ce soit au niveau des municipalités ou encore de la santé.
Il faut s’assurer que tous les résidents,  qu’ils soient francophones ou anglophones, ont le droit d’élire ceux et celles qui prendront les décisions au niveau de la santé et du monde municipal. Le ministre Fitch doit modifier sa proposition et faire en sorte que tous les membres des commissions régionales soient des élus.

Pour sa part, la ministre de la Santé doit en faire de même. Elle doit à court terme changer la Loi sur les régies régionales de santé  pour que les présidents des Conseils d’administration soient élus lors de la réunion qui suivra les élections de mai 2012 et elle doit aussi modifier cette loi pour que les prochains PDG soient nommés par le Conseil d’administration des régies.

À long terme, elle doit s’assurer que tous les membres des Conseils d’administration soient élus au suffrage universel et que tous les francophones et les anglophones aient le droit d’élire la personne qui les représentera, que ce soit au niveau du Réseau Vitalité ou du Réseau Horizon selon leur choix et peu importe leur lieu de résidence.
Il faut mettre fin à ces nominations politiques qui nuisent à la bonne gestion de nos structures à caractère municipal ou en santé. La démocratie n’existe que lorsque la population a le droit d’élire ses représentants et représentantes. Les nominations politiques ne font qu’augmenter le
cynisme de la population.

Dire que l’on nous promettait davantage de gouvernance inclusive et démocratique!