GEL DU BUDGET DE LA SANTÉ

Afficher le reportage au complet

FREDERICTON – Le ministre de la Santé, Hugh John Flemming, confirme le gel des dépenses en santé pour l’année financière 2013-2014.

Ces dépenses vont s’élever à 2,583 milliards $ cette année, soit exactement le même montant qu’en 2012-2013.

«Nous avons promis à la population néo-brunswickoise de contenir les dépenses de soins de santé», a indiqué le ministre de la Santé.

«Pour la première fois, de mémoire récente, il n’y aura aucune augmentation du budget pour les soins de santé de la province même en réalisant les investissements nécessaires et sans compromettre les services cliniques», a-t-il ajouté.

Malgré le gel des dépenses, le ministre a indiqué que le gouvernement avait respecté son engagement d’accroître les dépenses en santé de 3 %, puisque le budget comporte de nouvelles initiatives totalisant 103 millions $.

Selon lui, ce sont les mesures d’économie qui ont accompagné cette hausse qui ont permis de réaliser un gel des dépenses globales en santé.

Ainsi, le gouvernement consacrera 2,3 millions $ pour le plan d’action sur la répartition équitable des services. Il s’agit du plan de rattrapage pour les soins de santé en français (lire texte principal).

Une somme de 6,3 millions $ servira à la mise en œuvre des dossiers médicaux électroniques.

Plus de 3 millions $ seront alloués aux initiatives en matière de renouvellement des soins de santé primaires, ce qui comprend la réalisation d’évaluations des besoins de la communauté en matière de soins de santé dans la province, notamment à St. Stephen, à Petitcodiac, à Edmundston et à Bathurst. Cet argent servira également à la création d’équipes de soins de santé primaires et à la création d’un registre de patients qui n’ont pas de médecins de famille.

Il y aura 1,4 million $ pour le financement d’initiatives en cours énoncées dans la stratégie sur le diabète, comme l’amélioration de l’accès à l’information et un meilleur soutien des patients.

Un montant de 2,2 millions $ sera consacré aux services de santé mentale, permettant ainsi la mise sur pied d’équipes de traitement communautaire.

Et 2 millions $ seront alloués afin de poursuivre la planification et pour entreprendre la mise en œuvre d’un programme de dépistage du cancer du côlon.

Le gouvernement réalise ces allocations tout en maintenant son objectif de rapprocher ses dépenses en santé de la moyenne nationale, cela sans compromettre les services cliniques.

En ce qui a trait aux économies, le ministère compte rationaliser les services d’alimentation, d’entretien ménager et de buanderie en milieu hospitalier.

Il mise également sur une réduction du prix des médicaments génériques à 25 % du prix des médicaments de marque.

Il va aussi poursuivre les compressions de nature administrative au sein des réseaux de santé.

«La bonne chose à faire, c’est de gérer nos ressources en matière de soins de santé le plus efficacement possible. Nous savons que nous sommes en mesure de simplifier et de rationaliser les processus afin d’améliorer le fonctionnement quotidien de notre système. Les mesures que nous entreprendrons pendant l’exercice financier qui commence ne compromettront pas les soins offerts aux patients et entraîneront une utilisation plus judicieuse de nos ressources», a expliqué le ministre. – PM