Fermer des urgences d’hôpitaux ruraux : ce n’est qu’un début!

Dieppe – le 11 février 2020 –  L’annonce prévue pour ce mardi matin, selon laquelle le ministre de la Santé accompagné de ses deux employés, Gilles Lanteigne et Karen McGrath, doit annoncer la fermeture durant 10 heures par jour de six (6) urgences en milieu rural est une décision insensée, illogique et inacceptable selon Égalité santé en français (Égalité Santé). « Une telle décision met en danger la santé des citoyennes et citoyens de notre province », de dire Dr Hubert Dupuis, président d’Égalité Santé.

Rien ne peut justifier une telle décision selon Égalité Santé. Le gouvernement parlera d’économies mais elles seront minimes, tout au plus, et entraîneront des coûts supplémentaires en transport ambulancier ou en soins médicaux. L’impact sera encore plus important du côté francophone dû aux moindres services dont sont dotées les institutions francophones.

Égalité Santé ne comprend pas que le directeur général de Vitalité, Gilles Lanteigne, puisse faire partie d’une telle décision alors que la régie a, selon la Loi, la responsabilité d’assurer la prestation des services de santé et de les administrer dans la région pour laquelle elle est établie. Fermer des urgences va à l’encontre de la responsabilité de Vitalité d’assurer la prestation de services à la communauté.

Égalité Santé est convaincu que la fermeture de ces urgences et la fermeture des laboratoires dans les hôpitaux ruraux ne constituent qu’une première étape et que le gouvernement Higgs-Austin a l’intention de transformer les hôpitaux ruraux en centres de soins communautaires ou en foyers de soins. Il veut de plus couper des services de soins de santé dans plusieurs institutions francophones comme si nous étions dotés d’autant de services de soins de santé que les institutions anglophones.

Le gouvernement doit prendre conscience que de fermer les urgences des régions rurales francophones va à l’encontre de leur droit à des services de santé. Ce ne sont pas des citoyens de second ordre.

« La responsabilité d’un gouvernement est d’assurer l’accessibilité des soins de santé à ses concitoyens et concitoyennes aussi bien en région rurale qu’urbaine et non de mettre leur vie et leur santé en péril, »de conclure Dr Dupuis.

 

-30-