Égalité santé en français: «l’Acadie a perdu son pouvoir de gouvernance et de gestion»

Au tour du président du groupe Égalité santé en français de dénoncer l’adoption de la Loi modifiant la Loi sur les régies régionales de la santé et la perte de gouvernance de la communauté acadienne en matière de santé.

 

Conformément à la promesse des progressistes-conservateurs lors de la dernière campagne électorale, le gouvernement de David Alward a adopté le projet de loi 45 le 10 juin. Ces changements à la Loi sur les régies régionales de la santé doivent permettre l’élection de 8 des 15 membres des conseils d’administration des deux régies régionales de la santé (RSS). Il a cependant été révélé dans les médias que le projet de loi 45 incluait de nouvelles dispositions transférant une série de pouvoirs des conseils d’administration des RSS vers la ministre de la Santé, dont la prérogative de nommer le directeur général de chacune des régies.

 

En vue d’établir le cadre dans lequel seront élus une partie des membres des conseils d’administration des régies de la santé, le Comité permanent des soins de santé avec à sa tête la ministre Madeleine Dubé mène ces temps-ci une série d’audiences publiques dans la province.

 

De passage devant le comité, hier, à Moncton, le président du groupe Égalité santé en français, le docteur Hubert Dupuis, ne s’est pas gêné pour faire foi de son indignation devant la «perte de gestion citoyenne» qu’amène l’adoption du projet de loi 45. «Nous notons que la ministre et le ministère de la Santé se sont approprié presque tous les pouvoirs», mentionne le docteur Dupuis.

 

Tout comme l’avocat Michel Doucet l’avait indiqué au début du mois, le président d’Égalité santé en français est d’avis que les conseils d’administration des régies Vitalité et Horizon «sont réduits à un rôle consultatif». Hubert Dupuis s’indigne aussi devant le fait que la ministre nomme le directeur général de chacune des régies au lieu des membres des conseils. «En somme, tous ces changements font en sorte que la communauté acadienne et francophone a perdu son pouvoir de gouvernance

et de gestion», résume-t-il.

 

Le médecin de longue date estime que ces changements vont à l’encontre de la plateforme électorale pour laquelle les conservateurs ont été portés au pouvoir. «Au lieu de créer des options pour la gouvernance locale, vous avez centralisé les pouvoirs au niveau provincial, soit, entre les mains de la ministre», affirme le docteur

Dupuis.

 

La ministre de la Santé indiquait dans nos pages hier matin que la Loi modifiant la Loi sur les régies régionales de la santé était conforme à l’entente hors cour conclue entre Égalité santé en français et le précédent gouvernement en 2010. Le président d’Égalité santé en français croit plutôt que les récents changements dans la loi vont à l’encontre de «l’esprit de l’entente», qui privilégie une gouvernance et une gestion acadienne en santé.