Des coupes aux conséquences néfastes

Je suis un ex-infirmier. Monsieur Rino Volpé, je tiens à vous dire que vous faites fausse route en faisant des coupes de personnel de soutien et infirmier dans le Réseau de santé Vitalité.

Je ne sais pas si vous savez que nous ne prenons pas soin de machines. Au contraire, nous avons à prodiguer des soins à des humains dont nous avons la vie entre nos mains.

M. Volpé, je vous souhaite de ne pas être malade, parce que vous allez goûter à votre médecine de coupes dans les soins de santé.

Par vos coupures, vous allez faire en sorte d’augmenter l’absentéisme par de l’épuisement professionnel causé par des surcharges de travail. Pourquoi ne pas vous asseoir avec les syndicats pour trouver des incitatifs pour diminuer les absences au travail ainsi que les heures supplémentaires?

Chaque membre du personnel d’entretien ménagé, de soutien et infirmier a une raison d’être pour avoir un hôpital propre et des soins de qualité optimale.

Si on regarde la malpropreté, des infections nosocomiales, des poursuites de négligence dans certains hôpitaux des provinces voisines… nous pouvons être fiers de la propreté et des soins dans nos hôpitaux de la province. Dans certaines situations, nous n’avons pas assez de mains et d’heures de soins.

Pourquoi ne pas faire des compressions au niveau de l’appareil gouvernemental?

Aujourd’hui, vous êtes à l’heure des compressions, mais dans moins d’un an, nous aurons des élections provinciales. À ce moment, l’argent va pleuvoir de partout par notre gouvernement en place.

Afficher le texte au complet