Déclaration du processus de vérification de l’Assurance-maladie

Les médecins du Nouveau-Brunswick sont déçus par les commentaires faits récemment par le ministre de la Santé concernant le processus de vérification de l’Assurance-maladie. Le barème d’honoraires de l’Assurance-maladie compte 253 pages et il est très complexe et prête souvent à interprétation. Nous travaillons quotidiennement avec l’Assurance-maladie afin de veiller à ce que nos soins du 21e siècle soient interprétés correctement. Si le ministère de la Santé ou un médecin a des questions au sujet des demandes de paiement à l’Assurance-maladie, il existe un processus ouvert et transparent pour régler les différends touchant l’interprétation du barème d’honoraires de la part de l’une ou l’autre des parties. La déclaration du ministre selon laquelle les médecins présentent couramment des demandes de paiement inappropriées à l’Assurance-maladie ne repose pas sur des preuves et suscite beaucoup d’inquiétude.

Les commentaires du ministre concernant l’examen de l’Assurance-maladie par le vérificateur général ratent la cible. Les médecins ont offert de travailler avec le ministre pour aborder certains problèmes, pour résoudre des questions et pour améliorer le système de facturation du gouvernement. Le ministre n’a encore rien dit à ce sujet. Nous l’encourageons à rencontrer les médecins pour discuter des enjeux avec eux, au lieu de les forcer à apprendre les nouvelles par les médias. Les médecins travaillent fort quotidiennement pour prendre soin de milliers de Néo-Brunswickois et Néo-Brunswickoises. Le ministre aurait intérêt à passer plus de temps avec les médecins et moins de temps devant les journalistes pour comprendre la complexité du système de santé.

Afficher le texte au complet