Déclaration Dr Hubert Dupuis, président ÉSF

Déclaration Dr Hubert Dupuis, président ÉSF lors de la conférence de presse de l’AEFNB

Quel beau matin, quelle belle journée. C’est avec un grand plaisir et une énorme gratitude et reconnaissance envers les enseignantes,  les enseignants et l’AEFNB que je suis ici au côté de madame Martin. Comme acadien et francophone, je reconnais le leadership de l’AEFNB. Vous l’avez exercé depuis fort longtemps et tout dernièrement  dans le dossier de l’enveloppe égalitaire.

Ce matin, vous l’exercez encore une fois non seulement en appuyant la cause d’Égalité Santé en Français pour la reconnaissance des droits de la communauté francophone en santé mais de plus vous passez des paroles aux actes par votre contribution financière à notre cause. Trente mille fois merci.

Vous êtes un organisme important et influent de la communauté acadienne et francophone, non seulement en éducation mais au niveau de la survie et du développement de la communauté acadienne et francophone : un véritable rempart contre l’assimilation.

Il est souvent question ce temps-ci de la privatisation de la gestion des services de santé que ce soient les services alimentaires, d’entretien et de transport de nos patients et tout dernièrement de celle du Programme Extra-Mural.

La poursuite que nous avons entreprise le 13 juin 2017 va plus loin que cela. Nous revendiquons le droit pour notre communauté acadienne et francophone à la pleine et entière gestion et à la gouvernance de nos institutions de santé, de nos services hospitaliers qu’ils soient cliniques ou non cliniques et l’égalité réelle de services de soins de santé entre les deux communautés linguistiques du Nouveau-Brunswick.

Pour que notre communauté acadienne et francophone se développe, elle doit absolument contrôler ses institutions. De plus, tant la Charte canadienne des droits et libertés (article 16,1) que la Loi reconnaissant l’égalité des deux communautés linguistiques affirment que les deux communautés linguistiques de notre province « ont un statut et des droits et privilèges égaux, notamment le droit à des institutions d’enseignement distinctes et aux institutions culturelles distinctes nécessaires à leur protection et à leur promotion. »

Le dossier de la santé doit être débattu non seulement au niveau des institutions de santé de la régie mais, également, au niveau des services de santé offerts à l’intérieur de nos écoles francophones. La santé en français dans une institution scolaire francophone est essentielle à notre développement et à notre épanouissement comme communauté linguistique. C’est une des raisons pour laquelle nous avons reçu l’appui de l’AEFNB.

C’est pour cela que nous avons aussi l’appui de plusieurs autres organismes représentés ce matin. Je vais me permettre d’en reconnaître quelques-uns :

FÉÉCUM :   Fédération des étudiants et des étudiantes du Centre universitaire de Moncton

AFANB :   Association francophone des aînés du Nouveau-Brunswick

AFPNB :  Association francophone des parents du Nouveau-Brunswick

SANB :    Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick

SERFNB :  Société des enseignantes et des enseignants retraités francophones du Nouveau-Brunswick

CMD zone 1B     Conseil des médecins et dentistes du CHU-Dumont

Nous venons juste de commencer la demande d’appui auprès des organismes et la réponse est exceptionnelle.

Encore une fois, Égalité Santé en Français désire remercier la présidente de l’AEFNB, madame Lucie Martin, la direction de l’AEFNB, son Conseil d’administration et tous les enseignantes et enseignants membres de l’AEFNB pour votre appui et de votre contribution financière. Votre geste est exceptionnel et nous touche profondément. Il est très apprécié, et surtout il correspond à votre engagement dans le développement et l’épanouissement de la communauté acadienne et francophone de notre province.     À nouveau, merci madame la présidente.