Un décalage important entre les deux régies

MONCTON – Le Comité pour l’égalité des soins, créé à la suite de l’annonce de la réforme, prévoit intensifier les pressions auprès du
gouvernement et voit le début d’un mouvement important qui s’opposera à la création des deux régies de la santé.
Lors de la conférence de presse d’hier, les intervenants se sont montrés confiants et ne se sont pas gênés pour montrer leur
mécontentement, malgré la demande du ministère de ne pas parler aux médias.
Les nombreux employés de l’Hôpital Dr-Georges-L.-Dumont et autres invités les ont fortement appuyés à quelques reprises en
applaudissant chaudement leurs propos.
« Nous-mêmes avons reçu la consigne de ne pas parler aux médias », a fait savoir le président du Comité pour l’égalité des soins, Hubert
Dupuis.
Tout le personnel aurait reçu une note de service du ministère de la Santé leur demandant de ne pas commenter la réforme.
Les médecins ont également répondu à la récente sortie du ministre de la Santé, Mike Murphy, qui disait avoir été mis au courant du
projet de l’hôpital universitaire seulement quelques jours plus tôt.
Selon eux, le ministre aurait eu une présentation détaillée du projet il y a plus d’un an, par la présentation du plan stratégique de la
Régie.
Les médecins ont aussi dénoncé à leur tour la composante du projet de loi qui empêche toute action judiciaire contre la réforme.
Lors de la conférence de presse d’hier, des tableaux montrant une inégalité entre les services médicaux offerts par les deux régies ont
été distribués.
La colonne de la Régie A qui desservira les régions francophones est vide, tandis que celle de la Régie B est bien garnie.
« Les régies ne donneront pas de services équilibrés. Il y aura un décalage important entre les deux régies de santé », a commenté Dr
Dupuis.
« Nous avons maintenant, avec la réforme, un système des soins de santé au Nouveau-Brunswick uniformisé (…) Nous avons fait un
espace pour les deux côtés, pour les deux communautés linguistiques », a indiqué le ministre de la Santé, en réponse à l’analyse des
médecins de la Régie Beauséjour. – JÉ

Afficher le texte au complet