D’autres compressions ciblant le personnel infirmier immatriculé du Nouveau-Brunswick

FREDERICTON – « Le Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick (SIINB) ne peut appuyer les décisions relatives à la dotation en personnel lorsqu’elles sont prises seulement dans le but d’économiser un dollar », souligne Marilyn Quinn, présidente du SIINB.

Afficher le communiqué au complet

« Les réductions budgétaires qui affectent le personnel infirmier immatriculé ont un impact direct sur la qualité et la sécurité des soins dispensés aux patients. Lorsque des postes d’infirmière immatriculée (I. I.) sont éliminés, le public perd les compétences et les connaissances uniques que ces personnes apportent à la prestation des soins de santé dans cette province. »

Six semaines d’écoulées dans la nouvelle année et un total de vingt-trois infirmières et infirmiers
immatriculés ont été mis à pied au sein des deux régies régionales de la santé du N.-B. Le réseau Horizon a perdu 16 postes, et Vitalité en a perdu sept. De plus, plusieurs I.I. ont vu leurs heures de travail réduites. Parmi les établissements touchés, mentionnons l’Hôpital régional de Saint-Jean, l’Hôpital régional de Miramichi, l’Hôpital Dr. Everett Chalmers et l’Hôpital de Moncton. Ces mises à pied surviennent après l’élimination de 120 postes I.I. en 2013.

Selon l’information reçue du réseau Horizon, ces mises à pied sont liées aux changements apportés aux modèles de soins au sein des unités de chirurgie, et dans le but de normaliser les niveaux de dotation au sein du réseau. Le réseau Vitalité a été moins bavard au sujet de sa stratégie de compression. « Ces changements viennent de décisions qui ne ciblent pas toutes les régions; elles s’appliquent davantage localement et sont fondées sur une analyse comparative », précise Quinn.

Elle ajoute : « Quel processus a-t-on mis en place pour évaluer l’impact des compressions et des mises à pied sur les soins aux patients? Nous remettons le but en question : est-ce simplement pour économiser? »

Le syndicat a demandé au personnel infirmier immatriculé de signaler tout changement dans leur milieu de travail qui compromet la sécurité des patients. « Il est trop tôt pour déterminer tout l’impact de ces changements. Toutefois, les données de la recherche sont claires : des niveaux plus élevés de dotation I.I. signifient une meilleure qualité de soins, des taux moins élevés de mortalité chez les patients, une durée de séjour à l’hôpital plus courte, et un moins grand nombre de complications », mentionne Quinn

-30-

Dans les nouvelles

Global TV – Concerns over cuts to registered nurses
The Daily Gleaner – Health authorities cut registered nursing jobs
The Daily Gleaner – Nursing groups respond to changes
Acadie Nouvelle – Infirmières: mises à pied dans les hôpitaux anglophones