COMMUNIQUÉ: Respectez l’entente de 2010

Dieppe – Égalité Santé en Français N.-B. inc. demande au Conseil d’administration de la régie de santé Vitalité de respecter l’entente intervenue entre la province et Égalité Santé en 2010. Cette entente, selon le président d’Égalité Dr Hubert Dupuis, était claire. Le mandat du comité de recherche stratégique devait être modifié selon les termes exprimés par la ministre de la santé du temps le 8 avril 2010, « afin que le mandat inclut des avis au conseil d’administration en matière d’éducation, en plus de la recherche, et que la majorité des membres de ce comité proviennent de la région du sud-est de la province. Ce mandat devait être inclut dans les règlements administratifs de la régie. »

Après quatre ans, il est temps pour la régie de se conformer à l’entente et de mettre une majorité de membres votants provenant de la région du sud-est de la province sur ce comité afin de travailler à faire avancer le dossier de la recherche et de l’éducation. Ce changement permettra la mise en place des deux composantes essentielles au développement d’un véritable Centre Hospitalier Universitaire (CHU).

Présentement, le CHU-Dumont ne l’est que par sa nouvelle enseigne. Un CHU doit avoir trois composantes pour remplir sa mission : un volet clinique avec un plein éventail de services, un volet formation mieux garni et un volet recherche clinique et fondamentale plus étoffé afin de devenir un véritable centre hospitalier universitaire.

Dr Dupuis ajoute qu’il est important que le réseau Vitalité publie sa vision d’un CHU avec des échéanciers précis. À ce jour, ajoute le président d’Égalité , nous doutons que le réseau ait une vision de ce que devrait être le CHU. Dr Dupuis conclut en ajoutant que son organisme est disposé à travailler avec le réseau pour développer cette vision essentielle au développement du CHU-Dumont.

Égalité santé est un organisme qui recherche l’obtention d’une pleine et entière gestion francophone et acadienne des services de santé au Nouveau-Brunswick.

Afficher le communiqué au complet

COMMUNIQUÉ: Des économies, vous pensez?

Dieppe – Égalité Santé en Français N.-B. inc. a demandé à la vérificatrice générale, le 16 août dernier, de faire une étude à savoir si les changements en santé depuis 2008 ont effectivement permis à la province de faire des économies au niveau du système de santé.

Selon le président d’Égalité Santé, Dr Hubert Dupuis, la réforme de 2008 n’a fait qu’augmenter une bureaucratie et n’a nullement eu comme effet d’améliorer ou de garantir les soins directs aux patients et patientes tel que promis. Il faut savoir que le coût par habitant au N.-B. était, en 2004, inférieur de 79,00$ à la moyenne canadienne et qu’en 2011, il était supérieur de 277,00$ à cette même moyenne. Pourtant, la réforme a eu lieu en 2008 et les coûts ont augmenté de 14% de plus au N.-B. que la moyenne canadienne.

La réforme de 2008 a instauré une « super-bureaucratie ». La preuve a été faite lors de la restructuration du réseau de santé Vitalité en février 2013. Quant aux annonces de coupures dans le réseau Vitalité en septembre 2013, Égalité Santé doute de sa nécessité et, plus, Égalité soutient qu’elles auront des effets négatifs directs sur la livraison des services aux patients et patientes.

La seule personne ayant une crédibilité pour produire une telle étude est la vérificatrice générale grâce à son rôle d’indépendance par rapport aux fonctionnaires et aux politiciens.

Elle pourra consulter les documents de la réforme de 2008 et les documents préparés pour ou soumis par le Bureau du renouveau du système de santé  et le Conseil en vue de promouvoir l’innovation et les efficiences au sein du système de soins de santé.

Selon Égalité Santé, la population a le droit de savoir si des économies ont été faites. C’est une question de transparence! Transparence qui fait défaut actuellement, en particulier, par rapport à la réforme et ses conséquences!

Égalité santé est un organisme qui recherche l’obtention d’une pleine et entière gestion francophone et acadienne des services de santé au Nouveau-Brunswick.

Afficher le communiqué au complet

COMMUNIQUÉ: Vers l’égalité réelle en santé au Nouveau-Brunswick : à pas de tortue !

Égalité Santé en Français N.-B. trace le chemin afin d’atteindre l’égalité réelle en santé pour la communauté francophone et fait aujourd’hui le point sur la situation de la gestion et de la gouvernance du système de santé francophone.

Le document reprend l’évolution du dossier depuis la réforme du gouvernement libéral en 2008 jusqu’aux derniers développements au niveau de la régie Vitalité.

En plus de faire le constat de la situation, Égalité Santé propose des changements pour s’assurer que les francophones gèrent leur propre système et que les institutions francophones puissent offrir les mêmes soins qui sont offerts dans les institutions de la communauté anglophone.

Égalité Santé insiste dans ses recommandations sur le respect de l’entente hors cour entre elle et la province, la gestion et la gouvernance de nos institutions, l’élection de tous les membres du Conseil d’administration de la régie, la capacité de celle-ci de choisir son président et son directeur général. Égalité Santé veut donner un rôle plus important à l’Université de Moncton dans la formation en santé au Nouveau-Brunswick pour les francophones.

Plusieurs recommandations contenues dans ce document insistent sur le retour à la gestion et la gouvernance locales de nos institutions pour augmenter l’efficacité et l’efficience de notre système de santé francophone.

En terminant, Égalité Santé revendique une politique linguistique au niveau de la régie et la formation d’équipes de travail au ministère de la Santé afin que les membres puissent communiquer en français avec la régie de santé et aussi avec la population francophone.

Le document Vers l’égalité réelle en santé au Nouveau-Brunswick : à pas de tortue ! est disponible par téléchargement à l’adresse suivante : www.egalitesante.com/documents-importants

COMMUNIQUÉ: Égalité santé Politique linguistique du réseau de santé Vitalité

Dieppe, N.-B.Égalité santé en français N.-B. inc. a demandé au réseau de santé Vitalité de développer dans les plus brefs délais une politique linguistique. « Il est inconcevable, selon notre Conseil d’administration, que le réseau Vitalité n’ait pas encore développé une telle politique après plus de  trois ans d’existence » a déclaré le président d’Égalité santé, Dr Hubert Dupuis.

Notre organisme croit, a ajouté Dr Dupuis, qu’une telle politique devrait comprendre, tout au moins, les éléments suivants :

  • La régie Vitalité est une régie francophone dont la langue de travail et de fonctionnement est le français;
  •  Toutes ses institutions ont comme langue de travail le français à l’exception de ses institutions bilingues qui doivent avoir le français comme langue prédominante;
  •  Tous les dirigeants qui s’expriment dans le cadre de leur fonction doivent employer le français que ce soit au niveau du réseau ou lors de réunions externes lorsqu’ils représentent le réseau;
  • La régie doit s’assurer que tous ses employés ont un niveau de compétence linguistique en français et fournir à ceux et celles qui n’ont pas ce niveau des outils pour y arriver afin de conserver leur emploi;
  • La régie doit s’assurer que tous les médecins qui ont un privilège de pratique sous l’égide de la régie ont un niveau de compétence linguistique en français et fournir à ceux et celles qui n’ont pas ce niveau des outils pour y arriver afin de conserver leur privilège;
  • Toute la documentation envoyée par le réseau ou par ses employés au ministère de la Santé ou avec le gouvernement doit être en français et le réseau doit exiger la même chose du ministère de la Santé ou de ses fonctionnaires et du gouvernement;
  • Le réseau doit exiger que les services, biens ou logiciels qu’il reçoit de FacilicorpNB soient en français;
  • Toutes les réunions tenues dans les institutions du réseau doivent se dérouler en français et les ordres du jour, documents et procès-verbaux doivent être rédigés en français. Si des unilingues des institutions bilingues du réseau sont impliqués dans ces réunions, le réseau fournit les services de traduction consécutive.
  • Lors des réunions publiques du Conseil d’administration, tout doit se dérouler en français. Les réponses données à un intervenant anglophone lors de ces réunions doivent être faites en français puisque la traduction est disponible.
  • Le réseau doit faire en tout temps la promotion de la langue et de la culture françaises.

Dr Dupuis a terminé en déclarant qu’il est essentiel que le réseau de santé Vitalité confirme et exerce sa spécificité linguistique.

COMMUNIQUÉ: Égalité santé Plan de répartition équitable des services de soins de santé

Dieppe, N.-B. – Égalité Santé en Français N.-B. inc. se réjouit de la présentation par le ministre de la Santé, l’honorable Hugh Flemming, du plan quinquennal pour la répartition équitable de services de santé au Nouveau-Brunswick. Nous attendions ce plan depuis plusieurs mois.

La déclaration ministérielle du 30 novembre reconnaît dans les faits que la communauté francophone a droit à des institutions de santé qui lui sont propres. De plus, le gouvernement provincial reconnaît aussi que nos institutions francophones en santé sont défavorisées par rapport aux institutions anglophones comme Égalité santé l’a démontré depuis plusieurs années.

« Là où il y a lacune, c’est au niveau du contenu du plan quinquennal et des échéanciers» a déclaré le président d’Égalité Santé, Dr Hubert Dupuis. Nous constatons également que les institutions de la Péninsule acadienne sont absentes de ce plan.

« Nous remarquons que le plan de rattrapage est concentré majoritairement au niveau des services de soins de santé secondaires spécialisés. Un seul élément de ce plan se situe au niveau des services tertiaires alors que les institutions anglophones ont ces services tertiaires  souvent  en double ou en triple» a enchéri le président d’Égalité santé.

Dr Dupuis conclut dans les termes suivants « c’est un premier pas mais la marche vers l’égalité ne se terminera pas avec ce plan pour les institutions de santé de la communauté francophone ».