COMMUNIQUÉ Égalité Santé réclame des changements à la Loi sur les régies régionales de santé

Dieppe, le 19 novembre 2014 – Égalité Santé en Français demande au gouvernement de Brian Gallant de modifier la Loi sur les régies régionales de santé pour respecter les droits de la communauté acadienne et francophone. Égalité Santé demande au gouvernement de s’assurer que tous les membres du Conseil d’administration de la régie Vitalité soient élus par la population lors des élections au niveau des régies de santé en 2016.

De plus, Égalité Santé réclame pour la régie les droits de gestion et gouvernance prévus selon la Charte canadienne des droits et libertés. Selon le président d’Égalité Santé, Dr Hubert Dupuis, les membres du Conseil d’administration doivent avoir le pouvoir de choisir leur président ou leur présidente ainsi que de faire l’embauche de la direction générale de la régie et de renvoyer celle-ci.

Actuellement le président du Conseil d’administration de la régie de santé Vitalité et sa direction générale sont nommés au bon gré du ministre de la Santé, ce qui va à l’encontre des droits de la communauté acadienne et francophone.

Il est inacceptable selon Dr Dupuis que le ministre choisisse la présidence du Conseil d’administration et la direction générale de la régie ou qu’il nomme des membres du Conseil d’administration. Ce n’est pas cela avoir la gestion et la gouvernance de ses institutions. Les Acadiens et les Francophones ont droit à la gestion et à la gouvernance de leurs institutions et nous la voulons!

COMMUNIQUÉ Égalité Santé réclame des changements à la Loi sur les régies régionales de santé

Dieppe, le 19 novembre 2014 – Égalité Santé en Français demande au gouvernement de Brian Gallant de modifier la Loi sur les régies régionales de santé pour respecter les droits de la communauté acadienne et francophone. Égalité Santé demande au gouvernement de s’assurer que tous les membres du Conseil d’administration de la régie Vitalité soient élus par la population lors des élections au niveau des régies de santé en 2016.

De plus, Égalité Santé réclame pour la régie les droits de gestion et gouvernance prévus selon la Charte canadienne des droits et libertés. Selon le président d’Égalité Santé, Dr Hubert Dupuis, les membres du Conseil d’administration doivent avoir le pouvoir de choisir leur président ou leur présidente ainsi que de faire l’embauche de la direction générale de la régie et de renvoyer celle-ci.

Actuellement le président du Conseil d’administration de la régie de santé Vitalité et sa direction générale sont nommés au bon gré du ministre de la Santé, ce qui va à l’encontre des droits de la communauté acadienne et francophone.

Il est inacceptable selon Dr Dupuis que le ministre choisisse la présidence du Conseil d’administration et la direction générale de la régie ou qu’il nomme des membres du Conseil d’administration. Ce n’est pas cela avoir la gestion et la gouvernance de ses institutions. Les Acadiens et les Francophones ont droit à la gestion et à la gouvernance de leurs institutions et nous la voulons!

COMMUNIQUÉ Coupures à Radio-Canada

Égalité Santé en Français dénonce les coupures effectuées à Radio-Canada depuis quelques années et, en particulier, celles faites à Radio-Canada-Acadie.

Pour notre organisme, Radio-Canada est un outil essentiel de communication et d’épanouissement pour la communauté francophone et acadienne. Radio-Canada nous informe de ce qui se passe ailleurs et informe la population de notre province de ce qui se passe dans notre province, selon le président d’Égalité Santé, Dr Hubert Dupuis.

La communauté francophone et acadienne ne peut pas perdre cet outil essentiel. Il faut que les coupures cessent et que le gouvernement réinvestisse dans notre seul diffuseur national public francophone, selon Dr Dupuis.

COMMUNIQUÉ Déclaration du chef de l’Alliance des gens du N.-B.

Égalité Santé en Français (ÉSF) tient à faire remarquer à monsieur Kris Austin, chef de l’Alliance des gens du N.-B., que la question d’une régie de santé bilingue est un débat dépassé. Selon le président d’Égalité Santé en Français, le Dr Hubert Dupuis, cette question a été réglée lors de la poursuite l’organisme qu’il représente contre la province. Le ministre de la santé de l’époque, Michael Murphy, avait fusionné toutes les régies régionales en deux soit une anglophone et une bilingue.

ÉSF a obtenu la création d’une régie francophone et d’une régie anglophone. Le gouvernement libéral avait dû se rendre à l’évidence qu’il ne pouvait bafouer les lois provinciales et la constitution et maintenir une régie anglophone et une régie bilingue, selon le Dr Dupuis.

Les francophones ont droit selon les lois de notre pays et de notre province à des institutions qui leur sont propres. Il faut aussi se rendre compte qu’actuellement seule la régie francophone peut garantir aux patientes et aux patients qui fréquentent ses institutions un service dans la langue de leur choix.

Selon le Dr Dupuis, il est malheureux que nos leaders n’aient pas discuté du dédoublement et du « triplement » de services dans le réseau anglophone alors que plusieurs de ces services sont inexistants du côté francophone.

Nos leaders sont-ils prêts à rationaliser ces services et à assurer une égalité réelle de services de soins de santé entre les deux régies de santé? C’est cette question fondamentale qui mérite une réponse selon Dr Dupuis.

Le plan annoncé par le ministre Flemming en novembre 2012 proposait que tout nouveau service de soins de santé soit offert d’abord au réseau Vitalité et non à Horizon. Le ministre voulait éviter des dédoublements de services comme le signalait récemment le Dr Rodney Ouellette pour le séquençage de l’ADN.

COMMUNIQUÉ Le dossier d’AmbulanceNB

Une organisation bilingue anglophone comme AmbulanceNB peut-elle desservir les francophones dans leur langue maternelle? Voici la question qui se pose, selon le président d’Égalité santé, Dr Hubert Dupuis. Depuis 2007, cette création du gouvernement tente de nous desservir sans succès dans notre langue.

Il semble qu’AmbulanceNB a développé dernièrement un plan pour répondre aux nombreuses plaintes des francophones et des acadiens. Selon ce plan, nous aurions un ambulancier bilingue de service sur deux.

Selon AmbulanceNB, est-ce cela un service égal pour les francophones? Les anglophones auraient droit à deux ambulanciers qui parlent leur langue et, nous, un sur deux! AmbulanceNB doit faire mieux. Les acadiens et les francophones ne sont pas des citoyens et des citoyennes de deuxième ordre! Nous avons droit à deux ambulanciers qui parlent le français comme les anglophones ont droit à deux ambulanciers qui parlent anglais!

Ça, c’est l’égalité réelle reconnue dans les lois. Si AmbulanceNB ne peut pas respecter les droits reconnus par les lois, il faut abolir cette structure et placer le transport ambulancier sous la gestion des régies de santé qui, elles, ont déjà l’obligation de respecter la langue du patient ou de la patiente.

Selon Dr Dupuis, c’est le seul moyen d’offrir tant aux francophones qu’aux anglophones, un service dans la langue de leur choix!

Un autre bénéfice de notre proposition est d’éliminer une structure bureaucratique au sein du ministère de la santé et de faire des économies pour les payeurs de taxe de la province.

 

-30-