COMMUNIQUÉ: Des économies, vous pensez?

Dieppe – Égalité Santé en Français N.-B. inc. a demandé à la vérificatrice générale, le 16 août dernier, de faire une étude à savoir si les changements en santé depuis 2008 ont effectivement permis à la province de faire des économies au niveau du système de santé.

Selon le président d’Égalité Santé, Dr Hubert Dupuis, la réforme de 2008 n’a fait qu’augmenter une bureaucratie et n’a nullement eu comme effet d’améliorer ou de garantir les soins directs aux patients et patientes tel que promis. Il faut savoir que le coût par habitant au N.-B. était, en 2004, inférieur de 79,00$ à la moyenne canadienne et qu’en 2011, il était supérieur de 277,00$ à cette même moyenne. Pourtant, la réforme a eu lieu en 2008 et les coûts ont augmenté de 14% de plus au N.-B. que la moyenne canadienne.

La réforme de 2008 a instauré une « super-bureaucratie ». La preuve a été faite lors de la restructuration du réseau de santé Vitalité en février 2013. Quant aux annonces de coupures dans le réseau Vitalité en septembre 2013, Égalité Santé doute de sa nécessité et, plus, Égalité soutient qu’elles auront des effets négatifs directs sur la livraison des services aux patients et patientes.

La seule personne ayant une crédibilité pour produire une telle étude est la vérificatrice générale grâce à son rôle d’indépendance par rapport aux fonctionnaires et aux politiciens.

Elle pourra consulter les documents de la réforme de 2008 et les documents préparés pour ou soumis par le Bureau du renouveau du système de santé  et le Conseil en vue de promouvoir l’innovation et les efficiences au sein du système de soins de santé.

Selon Égalité Santé, la population a le droit de savoir si des économies ont été faites. C’est une question de transparence! Transparence qui fait défaut actuellement, en particulier, par rapport à la réforme et ses conséquences!

Égalité santé est un organisme qui recherche l’obtention d’une pleine et entière gestion francophone et acadienne des services de santé au Nouveau-Brunswick.

Afficher le communiqué au complet