Changements au fonctionnement du programme de dons d’organes

11 juillet 2012

FREDERICTON (GNB) – Le Nouveau-Brunswick a décidé d’interrompre volontairement son programme de dons d’organes jusqu’à concurrence de deux semaines pendant que des changements provisoires sont apportés au fonctionnement de celui-ci.

Vendredi dernier, une inspection de Santé Canada a déterminé que des composantes de ce service ne répondent pas aux critères nationaux. Le ministère de la Santé suspend temporairement le programme jusqu’à ce que des mesures intérimaires puissent être mises en place afin de poursuivre ses activités sur une base exceptionnelle autorisant la distribution d’organes. Cela signifie que les organes provenant du Nouveau-Brunswick seront signalés dans le but d’informer le médecin chargé de la greffe et le receveur que le programme ne satisfait pas aux normes.

« Nous reconnaissons qu’un processus exhaustif de dépistage est essentiel pour la sécurité des patients, et nous prenons les dispositions en vue de mettre en œuvre les procédures nécessaires d’assurance de la qualité pour faire en sorte que le programme respecte les normes nationales dès que possible », a déclaré la ministre de la Santé, Madeleine Dubé.

Santé Canada a cerné plusieurs problèmes quant à la documentation concernant le programme, y compris un cas où un renseignement crucial n’a pas été obtenu au sujet d’un donneur qui avait eu un tatouage. Les donneurs avec des tatouages exigent un dépistage additionnel avant que leurs organes puissent être aiguillés au programme en raison des risques potentiels pour la santé qui pourraient découler de la procédure de tatouage.

Dans ce cas précis, les organes donnés avaient fait l’objet d’un test approprié et ils ont été jugés sains. Les receveurs n’ont subi aucun effet néfaste pour la santé.

Santé Canada inspecte habituellement les programmes de dons d’organes des provinces tous les deux ans.

« Le programme de dons d’organes du Nouveau-Brunswick est administré par un personnel compatissant qui se dévoue à la cause du don d’organes, a affirmé Mme Dubé. Ces personnes sont responsables de sensibiliser leurs collègues et le public à l’importance du programme de dons d’organes, de rencontrer les familles en deuil pour parler du don d’organes et des soins prodigués au donneur. Toutefois, l’assurance de la qualité est essentielle, et des mesures sont prises au sein du ministère dans le but d’améliorer nos processus. »

Le ministère prévoit que les procédures d’assurance de la qualité nécessaires pour répondre aux normes de Santé Canada seront en place d’ici l’automne.

Le programme de donneurs vivants ainsi que le programme de dons de tissus et la banque d’yeux, qui font l’objet d’une inspection et d’un enregistrement distincts, maintiendront leurs activités régulières.

 

11-07-12