Brian Gallant est le seul chef qui ne souhaite pas discuter des services de soins de santé pour les francophones.

Dieppe, le 13 septembre 2018–Le premier ministre Brian Gallant se désintéresse des hôpitaux ruraux au Nouveau-Brunswick. Malgré sa déclaration que, sous son gouvernement, aucun hôpital rural ne serait fermé, il ne veut pas discuter de la situation actuelle de ces établissements qui perdent de plus en plus de services de soins de santé. Il ne veut donc pas non plus entendre parler de conseils d’administration formés de personnes bénévoles pour chacun de ces hôpitaux ruraux et régionaux.

Égalité Santé en Français (ESF) voit cependant, qu’une gouvernance locale est la solution idéale afin de rationaliser le coût des services de santé tout en assurant à la population de meilleures prestations de soins de santé.

Après des rencontres avec le chef du Parti conservateur Blaine Higgs ce matin et en avril 2017, la cheffe du NPD Jennifer McKenzie en mai 2018, le chef du Parti vert David Coon en juillet 2018, seul le ministre de la Santé, monsieur Benoit Bourque, a accepté une rencontre avec les représentants d’ESF.

« Aujourd’hui, nous faisons face à une situation alarmante et le chef du gouvernement ne veut pas discuter de ces enjeux même en période électorale. Bientôt nos hôpitaux ruraux fermeront d’eux-mêmes ayant leurs personnels à bout de souffle et des patients de plus en plus mal patients » a déclaré le Dr Hubert Dupuis, le porte-parole d’Égalité Santé en Français.

Il est de la toute première importance que la gestion des services de soins de santé redevienne la responsabilité de ceux à qui ils sont destinés, c’est-à-dire aux Acadiennes, Acadiens et les francophones de la province.

Nous avons droit à un système de santé équitablement financé comme l’est celui des anglophones avec les mêmes services de soins. Après cinquante (50) années de la reconnaissance du français comme langue officielle, la situation actuelle est devenue indécente.

La prise en main du Réseau Vitalité par la communauté acadienne et francophone passe par la fin des nominations politiques au sein du réseau et par la fin de l’ingérence du ministre de la Santé et ses fonctionnaires. Nous y avons droit, nous voulons une direction générale, médicale et infirmière pour chacun de nos hôpitaux qui agiront jour après jour à fournir à nos citoyens et citoyennes des services de soins de santé de qualité. Ceci inclut aussi la prise en charge des ambulances et du Programme Extra Mural.

Égalité Santé en Français œuvre depuis 2008 pour le retour de la pleine gestion de la régie de santé Vitalité par le biais d’un conseil d’administration élu au suffrage populaire et sans ingérence de la part du ministère de la Santé du Nouveau-Brunswick. Ce conseil aurait la responsabilité d’embaucher une personne à la direction générale de la régie.

 

-30-