Bloc opératoire du CHU Dumont: le Réseau de santé Vitalité presse le gouvernement d’agir

le mercredi 28 novembre, 2012

EDMUNDSTON – Après une stagnation de trois ans depuis son annonce en 2009, le Réseau de santé Vitalité presse le gouvernement provincial de dicter ses intentions et d’attribuer le financement nécessaire pour la modernisation du bloc opératoire de l’hôpital Dr-Georges-L.-Dumont de Moncton.

Le conseil d’administration du Réseau Vitalité a tenu sa réunion bimensuelle, mercredi soir, à Edmundston. Ses membres ont rappelé que la modernisation du bloc opératoire de l’hôpital Georges-Dumont est sa priorité. Selon le directeur général, Joey Caissie, il s’agit d’une initiative évaluée à plus de 75 millions $.

Ce dossier semble toutefois stagner. Le Réseau Vitalité enverra donc une lettre au gouvernement provincial pour lui rappeler l’urgence d’amorcer ce projet.

«La lenteur dans ce dossier nous laisse croire qu’il y a des bâtons dans les roues. Plus on attend, plus il y a des risques», a mentionné Anne Soucie, membre du conseil d’administration.

Selon M. Caissie, trois années ont été perdues depuis cette annonce gouvernementale.

«On n’a pas avancé depuis. Ça nous inquiète, car on estime que c’est un projet d’environ cinq ans à partir de la journée où l’on commence», a-t-il mentionné.

Même si des fonds ont été attribués pour des phases préliminaires, les plans architecturaux finaux n’ont pas été réalisés.

«Il est difficile de dire avec précision les coûts estimés. Actuellement, c’est comme si on voulait construire une maison sans en avoir les plans. Mais on sait qu’on parle d’un projet qui se situe entre 75 et 90 millions $. Le ministère de la Santé doit faire connaître ses investissements en capitaux d’ici quelques semaines. Nous espérons qu’il y consacrera des fonds», a lancé M. Caissie.

Autre membre du conseil d’administration, Roger Doiron, a fait remarquer que les gouvernements ont la mauvaise habitude d’annoncer à plus d’une reprise des initiatives sans pour autant qu’elles ne soient concrétisées ou qu’elles ne progressent.

Par ailleurs, les finances du Réseau Vitalité démontrent un manque à gagner de 4,7 millions $ au 30 septembre 2012. Selon les prévisions, le déficit sera d’environ 3,8 millions au terme de l’année fiscale 2012-2013.

D’après tout ce qu’il entend concernant le système de santé, M. Caissie s’attend à ce que la prochaine année soit austère au sein du Réseau Vitalité.

«Nous fonctionnons actuellement au ralenti et on ne remplace pas tous les postes de gens qui s’en vont à la retraite. Je suspecte que l’année 2013-2014 s’annonce assez inquiétante», a-t-il souligné.